Partenaires

Le Centre d’Études sur la Chine Moderne et Contemporaine (CECMC – UMR 8173)

Créé en 1996, le Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine (CECMC) est un centre de recherche dont les tutelles sont le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS). Également connu sous le nom de « Centre Chine », il a pour mission de développer des programmes de recherche sur la Chine dans la perspective des sciences sociales et de dispenser un enseignement de recherche selon les modalités propres à l’EHESS.

Tout en veillant à se placer dans une perspective exigeante d’interdisciplinarité et de transversalité, les programmes du CECMC concernent l’histoire, l’anthropologie, l’économie, la sociologie, la philosophie, les sciences politiques, les « techniques ordinaires ».

L’approche de la Chine propre au CECMC se fonde en premier lieu sur des sources primaires et un travail de terrain ; elle peut se caractériser comme un déploiement des sciences sociales à partir du monde contemporain et dans la profondeur historique, les deux dimensions étant complémentaires.

Les actualités du CECMC sont disponibles en cliquant ici.

Le Centre de Recherche sur les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO – UMR 8155)

Fondé en 2006, le Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale (CRCAO) est une Unité Mixte de Recherche du CNRS, placée sous la tutelle de l’École pratique des hautes études (EPHE), du Collège de France et de l’Université Paris Diderot.

Anciennement dénommée « Centre de recherche sur les civilisations chinoise, japonaise et tibétaine », l’Unité a modifié son intitulé en « Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie Orientale » (CRCAO) pour afficher plus ouvertement sa volonté d’intégrer l’ensemble des pays d’Asie dans son champ de recherche et de développer les problématiques transnationales.

Les activités de recherche du CRCAO couvrent l’ensemble des pays d’Asie orientale. Le centre présente cependant une structuration aréale en trois équipes :

Les recherches portant sur chacune de ces aires demeurent au cœur de ses activités.

Les recherches du CRCAO couvrent un large éventail de disciplines, et toutes les périodes allant du plus ancien au contemporain. Une part importante de ses programmes concerne l’étude des religions, de l’histoire, de l’archéologie, des arts, de l’architecture et de l’urbanisme, de la littérature et de la pensée des période classique, moderne ou contemporaine. Le Centre porte également un intérêt particulier aux sources primaires (manuscrits, inscriptions, éditions, documents iconographiques et archéologiques).

Les programmes de recherche du CRCAO s’articulent autour de six axes :

    • Archéologie, Histoire ancienne et médiévale
    • Religions, Philosophie, Rituels
    • Histoire et société modernes et contemporaines
    • Littérature classique et moderne
    • Arts, Culture matérielle, Savoirs et techniques
    • Activités d’édition et de documentation
    •  

Le Bureau de Représentation de Taipei en France 駐法國台北代表處

En 1972 est fondée l’Association pour la Promotion des Échanges Commerciaux et Touristiques avec Taïwan (A.S.P.E.C.T.-Taïwan). En 1995, l’institution prend le nom de Bureau de Représentation de Taipei en France (B.R.T.F.).Le B.R.T.F. propose au public un large éventail de services, dans le but de permettre une meilleure connaissance réciproque des populations de la République de Chine (Taïwan) et de la France, de favoriser les échanges de toute nature et d’améliorer les relations entre les deux pays.

Le Centre d’Études Français sur la Chine Contemporaine (CEFC)

Le CEFC est le seul centre de recherche européen en Chine entièrement consacré à l’étude de la Chine contemporaine.Établissement public de recherche, le CEFC est placé sous la cotutelle du ministère des Affaires étrangères et européennes (MAEE) et du CNRS. Sa mission est d’étudier les mutations politiques, économiques, sociales et culturelles de la Chine Populaire, de Taiwan, de Hong Kong et de Macao.Créé en 1991, le centre est basé à Hong Kong et dispose d’une antenne à Taiwan depuis 1994, ainsi que de chercheurs individuels établis en Chine continentale.Des chercheurs statutaires sont affectés au CEFC par le CNRS ou recrutés par le Conseil scientifique du pôle Asie du MAEE, mais le CEFC peut également accueillir des chercheurs de toute autre institution européenne. Les nombreux chercheurs ayant travaillé au CEFC continuent à faire vivre un réseau couvrant toutes les disciplines des sciences humaines et sociales.Le Centre est impliqué dans la formation de doctorants en finançant des aides à la mobilité et en accueillant leurs bénéficiaires.Des séminaires de recherche ou des colloques internationaux sont régulièrement organisés par le CEFC.Le CEFC est en prise directe avec le monde universitaire et intellectuel chinois grâce à des partenariats avec des institutions locales à Hong Kong, Taiwan et en République populaire de Chine, et un réseau de chercheurs associés dans ces institutions.Toutes les actualités du CEFC sont disponibles en cliquant ici.

 

Deutsche Vereinigung für Chinastudien (DVCS ; Association allemande d’études chinoises)

The German Association of Chinese Studies (DVCS)=https://www.ruhr-uni-bochum.de/oaw/dvcs/index_en.html , based in Berlin, was founded in spring 1990 at the Humboldt University of Berlin by scholars of Chinese studies, with the aim of promoting the study of China in the German Democratic Republic through joint scholarly activities and academic exchanges. Shortly after, following the abolishment of the inner German border, these activities extended to universities in the Federal Republic of Germany. By now, the DVCS regards herself as an association for scholars of Chinese studies from all German-speaking countries.

The annual DVCS conferences help to achieve this aim by serving as a platform for the presentation of new research results and for academic discussions, not only for members of the association but also for all with an interest in China. The DVCS attaches special importance to providing a discussion forum for young Sinologists, an organizational roof for research projects, and opportunities for publication.

As a recognized non-profit organization, the DVCS acts altruistically and does not pursue economic or party-political objectives.

European Association for Chinese Studies (EACS)

The European Association for Chinese Studies (EACS) is an international organisation representing China scholars from all over Europe. Currently it has more than 1200 members. It was founded in 1975 and is registered in Paris. It is a non-profit organisation not engaging in any political activity.
The purpose of the Association is to promote and foster, by every possible means, scholarly activities related to Chinese Studies in Europe. The EACS serves not only as the scholarly representative of Chinese Studies in Europe but also as contact organisation for academic matters in this field.
One of the Association’s major activities are the bi-annual conferences hosted by various centres of Chinese Studies in different European countries. The papers presented at these conferences comprise all fields from traditional Sinology to studies of modern China. In addition, summer schools and workshops are organised under the auspices of the EACS. The Association carries out scholarly projects on an irregular basis. Since 1995 the EACS has provided Library Travel Grants to support short visits for research in major sinological libraries in Western Europe. The scheme is funded by the Chiang Ching-Kuo Foundation and destined for PhD students and young scholars, primarily from Eastern European countries. The EACS furthers the careers of young scholars by awarding a Young Scholar Award for outstanding research. A jury selects the best three of the submitted papers, which are then presented at the next bi-annual conference. This scheme is also supported by the Chiang Ching-Kuo Foundation.
The EACS issues a Newsletter twice a year (June and December). It publishes, among other items such as internal EACS affairs or conference announcements, surveys of Chinese Studies in various European countries as well as the results of scholarly projects and conference proceedings.

Le Groupement des Associations de Langues et d’ÉTudes étrangères (GALET)

Le GALET défend les études étrangères et promeut le plurilinguisme dans l’enseignement supérieur français. Il revendique également la nécessité du maintien et du développement, dans le secondaire comme le supérieur, de l’enseignement des langues et des cultures.

Il est actuellement composé de l’AFDA (Association Française des Arabisants), l’AFEA (Association Française d’Etudes Américaines), l’AFEC (Association française d’études chinoises), la AFR (Association Française des Russisants), l’AGES (Association des Germanistes de l’Enseignement Supérieur), le Comité inter-universitaire des études arabes (CIDEA), la SAES (Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur), la SEJ (Société des Études Juives), la SFEJ (Société Française des Etudes Japonaises), la SFEMT (Société française d’études du monde tibétain) , la SHF (Société des Hispanistes Français de l’Enseignement Supérieur), la SIES (Société des Italianistes de l’Enseignement Supérieur). Il est ouvert à toutes les sociétés savantes de langues et d’études étrangères.

Son Carnet=https://galet.hypotheses.org/ vise à diffuser les informations relatives aux activités du GALET, à savoir : les annonces de chaque Rencontre annuelle de ce groupement d’associations et leur compte-rendu détaillé, mais aussi toutes les actions menées par le GALET en faveur de la recherche en études étrangères et de la réflexion autour de la place des langues dans l’enseignement supérieur (au travers, notamment, de réunions périodiques avec la Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle).

 

L’Institut de Recherche sur l’Asie de l’Est (Ifrae)

L’Institut français de recherche sur l’Asie de l’Est (IFRAE / FRE 2025) est une nouvelle équipe de recherche rattachée à l’Inalco, à l’université de Paris et au CNRS. Elle a été mise en place au 1er janvier 2019.

Elle regroupe des chercheurs travaillant sur une vaste zone géographique qui réunit des territoires et des cultures aux identités fortes (Chine, Corée du sud, Corée du nord, Japon, Mongolie, Népal, Taiwan, Tibet, Vietnam…), unis par de nombreux échanges pacifiques ou violents.
L’IFRAE regroupe les anciennes équipes d’accueil ASIEs et CEJ (Centre d’études japonaises) de l’Inalco, rejointes par plusieurs enseignants-chercheurs de l’Université de Paris. Composée d’une cinquantaine d’enseignants-chercheurs et d’environ soixante-dix doctorants, elle constitue l’une des plus grandes unités de recherche sur l’Asie de l’Est en France et en Europe.

Les travaux de l’IFRAE relèvent de l’étude des aires culturelles. Tous les chercheurs ont en commun une excellente maîtrise de l’une des langues de la région, un accès privilégié aux sources locales, une connaissance profonde du terrain et de solides compétences disciplinaires dans l’un des domaines des SHS. Tous s’accordent en outre à vouloir interpréter le monde contemporain en le replaçant dans la longue durée. Ils partagent le souci de mettre en œuvre des approches comparatistes, régionales et/ou interdisciplinaires. 

Musée Cernuschi

Inauguré le 26 octobre 1898, le Musée Cernuschi est l’aboutissement du legs de l’hôtel particulier et des collections asiatiques à la Ville de Paris du généreux collectionneur d’origine milanaise, Henri Cernuschi (1821-1896).Le musée conçu comme un petit hôtel particulier abritait à l’origine 5 000 pièces. Celles-ci étaient déployées autour du Buddha provenant du temple Banryûji à Tôkyô, acquis, démonté pour le transport et remonté par Cernuschi. C’est le secrétaire d’Henri Cernuschi, Eugène-Benoît Causse, nommé conservateur du musée qui en assuma l’ouverture en 1898. L’emplacement des meubles et des objets restaient fidèles à l’ordonnancement du temps de leur propriétaire.L’originalité du musée Cernuschi réside dans la spécificité de ses collections centrées autour de l’aire culturelle chinoise. Le lien qui unit les principaux pays représentés est l’utilisation d’une écriture commune dans leur histoire : les idéogrammes chinois. La Chine, la Corée, le Japon et le Viêt Nam ont tous été marqués historiquement et /ou culturellement par la civilisation chinoise. Le bouddhisme, le confucianisme en sont les liens les plus visibles. Des œuvres provenant d’autres aires culturelles, comme la Haute-Asie, témoignent d’une volonté des directeurs successifs d’établir une histoire de l’art comparative et reflètent une conception élargie de l’Extrême-Orient, telle qu’elle a été envisagée à partir des années 1930, en particulier au travers des publications de René Grousset, académicien, directeur du musée Cernuschi.Aujourd’hui, le musée est une institution internationale. Par la richesse et la qualité de ses collections, il se place au second rang des musées d’art asiatique en France et possède la cinquième collection d’art chinois en Europe. En France, il est la seule institution patrimoniale municipale abritant des œuvres asiatiques de haut niveau. Régulièrement enrichi par des dons et des achats, il compte actuellement 12 000 pièces.

 

Musée Guimet