Fabrique d’images, de sons et d’écritures alternatives

Pratiques narratives et approches sensibles en sciences humaines et sociales sur la Chine contemporaine

24 juin 2022
9h-18h15

Campus Condorcet
Bâtiment Recherche Sud, Salle 0.033
et en visioconférence
5 cours des Humanités, 93300 Aubervilliers

Cette journée est organisée par le Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine (CECMC – UMR 8173 Chine Corée Japon) le 24 juin 2022. Elle a pour but de rassembler celles et ceux qui, dans leurs enquêtes qualitatives sur la Chine, Taïwan, Hong Kong ou les diasporas chinoises, s’investissent dans des méthodologies de recherche impliquant des technologies, des outils et des pratiques innovantes. Par innovantes, nous entendons des formes de collecte, de restitution et de valorisation de la recherche qui diffèrent du format académique traditionnel, parmi lesquelles bandes dessinées et dessins (Doublier 2017; Taussig 2011), photographies (Cabos 2017), films et documentaires (Buob 2009; Svartzman 2019), archives sonores (Janssen et Noûs 2019), musiques (Amar 2022), cartographies sensibles (Brando et al. 2017), outils numériques (Armand 2014; Chabaille 2016), jeux vidéo (Lelièvre et Groupierre 2013), etc.

La visée de cette journée est autant méthodologique (découvrir et saisir les approches et les outils convoqués par les jeunes chercheurs et chercheuses), que réflexive. Quel outil pour dire quoi, et dans quel contexte ? En Chine contemporaine et dans un contexte autoritaire, comment le ou la chercheur.e s’arme-t-il d’outils adaptés ? Dans un terrain qu’on dit “sensible”, comment certaines approches contribuent-elles à protéger les enquêté.es et les enquêteurs ou enquêtrices ? Comment la sensibilité du ou de la chercheur.e intervient-elle dans la fabrique d’un produit fini de recherche ? À la caméra, au crayon, au micro, à l’écran, au découpage : les choix techniques de chacun.e sont à la fois pris et orientés par un point de vue, mais aussi par des conditions de production.

Avec la participation de:

Nathanel Amar (CEFC), Séverine Janssen (BNA-BBOT)
Aurélia Desplain (CECMC-CCJ), Éric Mermet (Plateforme géomatique EHESS/CNRS)
JT (Photographe documentaire), Hélène Tilman (ULiège/ESAVL)
Hanane Idihia (CIREC)
Liu Guangli 刘广隶 (Réalisateur), Richard Rechtman (CESPRA/EHESS)
Zhang Yu 张 宇 (CECMC-CCJ), Luxi (Dessinatrice), Alice Doublier (CRJ-CCJ/CNRS)
Wang Bing 王兵 (Cinéaste), Quentin Ravelli (CMH/CNRS), Aël Théry (CECMC-CCJ), Boris Svartzman (Réalisateur – Photographe)

Programme

9h | Accueil et introduction
9h15-10h15 | Archives sonores, mémoire, enjeux méthodologiques et politiques
« Préserver le patrimoine musical alternatif chinois: l’exemple du projet de numérisation des CD de So Rock! Magazine
(我爱摇滚乐) »
Intervenant : Nathanel Amar (Centre d’étude français sur la Chine Contemporaine)
Discutante : Séverine Janssen (Bruxelles Nous Appartient-Brussel Behoort Ons Toe)
10h15-11h15 | Humanités numériques, archives, mémoire, données augmentées, récits visuels
« Cartographier les lieux, visualiser l’espace : outils en humanités numériques pour une autre narration de l’histoire des bâtiments du Crédit Foncier d’Extrême Orient dans la concession française de Tianjin »
Intervenante : Aurélia Desplain (Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine)
Discutant : Éric Mermet (Plateforme géomatique de l’École des hautes études en sciences sociales / CNRS)
11h15 | Pause
11h30-12h30 | Photographies, récits de vie, souffrance, mémoire
« Des récits de lèpre par l’image et le document »
Intervenant : JT (Photographe documentaire)
Discutante : Hélène Tilman (Université de Liège, École Supérieure des Arts de la Ville de Liège)
12h30-13h45 | Déjeuner
13h45-14h30 | Table ronde et discussion avec Hanane Idihia pour le Centre de Recherche-Création sur les mondes sociaux (CIREC), Éric Mermet pour l’atelier de cartographie sensible de l’EHESS et tous les participant.es
14h30-15h30 | Fiction, traumatisme, génocide
« Une réalité virtuelle : moteur de jeu, l’Histoire et son histoire »
Intervenant : Liu Guangli 刘广隶 (Réalisateur)
Discutant : Richard Rechtman (Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron / EHESS)
15h30 | Pause
15h45-16h45 | Dessin ethnographique, bande dessinée, récits de vie, fiction
« La trajectoire psychiatrique d’une femme en dépression postnatale en bande-dessinée »
Intervenant.es : Zhang Yu 张 宇 (Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine) et Luxi (Dessinatrice)
Discutante : Alice Doublier (Centre de recherches sur le Japon / CNRS)
16h45-17h45 | Film, film documentaire, contestation sociale, espace public
« Que faire de la souffrance? »
Intervenant : Wang Bing 王兵 (Cinéaste)
Discutant.es : Quentin Ravelli (Centre Maurice Halbwachs / CNRS), Aël Théry (Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine), Boris Svartzman (Réalisateur – Photographe)
17h45-18h15 | Table ronde conclusive
Pour participer à la journée en visioconférence, il suffit d’envoyer un mail à l’adresse:
fabriquesensible_chine@protonmail.com.

Le lien sera communiqué ultérieurement aux personnes inscrites.

Présentation des participant.e.s et liens vers des sources (sites internet, articles, extraits de film, centres etc) :
Nathanel Amar, docteur en science politique, chercheur et directeur de l’antenne de Taipei du Centre d’études français sur la Chine contemporaine (CEFC). Il est spécialiste des musiques populaires dans l’espace sinophone. Il a notamment créé le carnet Hypothèses Scream4life – Archive numérique des musiques alternatives en Chine contemporaine.
https://scream4life.hypotheses.org/
Séverine Janssen, philosophe, est la coordinatrice du collectif « Bruxelles nous appartient – Brussel behoort ons toe » (BNA-BBOT), elle anime notamment la plateforme Bruxelles nous appartient – Fabrique d’une histoire et d’une mémoire de la ville par la collecte, l’archivage et l’exploitation de données sonores.
https://bna-bbot.be/fr/about/
Aurélia Desplain, docteure en anthropologie sociale – ethnologie et postdoctorante au Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, elle réalise le projet Tianjin Time Machine.
https://www.dim-map.fr/projets-soutenus/tianjintm/
Eric Mermet , ingénieur de recherche spécialiste du traitement et de l’analyse de l’information spatiale au CNRS, il dirige la plateforme géomatique de l’École des hautes études en sciences sociales
https://psigehess.hypotheses.org/
https://twitter.com/psigehess?lang=fr
et anime un séminaire de cartographie sensible.
http://psig.huma-num.fr/cartes-sensibles/
Hélène Tilman, photographe plasticienne, chercheuse universitaire (ULiège, Ecole Supérieure des Arts de la Ville de Liège) et chercheuse associée au Musée du Trinkhall en Belgique. Depuis quelques années, elle travaille sur le thème de l’hôpital et des soins psychiatriques.
https://helenetilman.format.com/
JT, photographe documentaire. Il aborde des sujets comme l’immigration, la pauvreté, la souffrance, les laissés-pour-compte, la nature et l’influence de la société de consommation sur la vie urbaine. JT travaille actuellement sur son second projet La malédiction emportée par le vent, histoire des villages de lépreux en Chine.
https://rencontresamismuseealbertkahn.fr/tian-jin/
Liu Guangli, artiste diplômé du Fresnoy (2020). Il réside et travaille actuellement à Paris. Sa pratique artistique tourne autour de la création d’images : peinture, art vidéo, animation 3D et réalité virtuelle. Ses oeuvres questionnent la place du numérique dans la narration contemporaine et la reconstruction de la mémoire collective. Il a réalisé notamment When the Sea Sends Forth a Forest qui est l’animation du souvenir d’un survivant chinois des Khmers rouges.
https://www.liuguangli.net/whentheseasends.html
Richard Rechtman, anthropologue et psychiatre, directeur d’études à l’EHESS. Son travail se met à l’écoute des exécutants comme des victimes des génocides, notamment dans La Vie ordinaire des génocidaires (2020). Les Vivantes (2013) est le récit, par la fiction, de l’une des femmes survivantes des crimes perpétrés au Cambodge par les Khmers rouges.
https://www.youtube.com/watch?v=-Hcs4Dd0zEU
Hanane Idihia, doctorante en socio-anthropologie à l’université d’Evry Paris-Saclay, chercheure associée à l’université de Gênes (Italie). Sa recherche doctorale prend la forme d’un texte et d’un film sociologique, et s’intéresse aux formes de subjectivité entendues comme espace intime de l’action, de l’énonciation et de l’émotion dans le contexte des villes minières en déclin au nord de la France. Elle est membre du CIREC.
https://www.cirec.online/
Zhang Yu 张 宇, doctorant en sociologie à l’École des hautes études en sciences sociales, il rédige une thèse qui s’intitule : « Sociologie de la maladie mentale en Chine rurale ».
http://etre-tsou.frenchtaiwanstudies.org/
Luxi, diplômée des Beaux-arts de Tsinghua à Pékin et Paris VIII à Paris. Elle prépare sa première bande dessinée Les enfants du rêve chinois chez Sarbacane éditions.
Alice Doublier, anthropologue spécialiste du Japon chargée de recherches au CNRS. Elle s’intéresse, par sa pratique et son enseignement, aux multiples formes d’écriture et de restitution de l’enquête ethnographique, qu’elles soient graphiques ou textuelles.
Article mêlant ethnographie et dessin :
https://www-cairn-info.inshs.bib.cnrs.fr/publications-de-Alice-Doublier–677789.htm
Présentation des méthodes d’enquête dessinée de Kon Wajirô :
https://journals-openedition-org.inshs.bib.cnrs.fr/traces/7091
Wang bing 王兵, cinéaste. Après des études de photographie à l’École des beaux-arts de Lu Xun, puis à l’Académie de cinéma de Pékin, Wang Bing se révèle au public avec À l’ouest des rails (1999-2003), une trilogie de 9 heures qui l’impose comme une figure marquante du cinéma chinois contemporain. Dans son dernier documentaire Les Âmes mortes, Wang Bing filme une histoire orale du mouvement anti-droitiers (1957), racontée un demi-siècle plus tard par d’anciens prisonniers d’un camp de rééducation par le travail de la province du Gansu.
https://www.cinematheque.fr/cycle/wang-bing-605.html
Quentin Ravelli, sociologue chargé de recherches au CNRS. Son travail porte sur les moments de crises économiques et politiques et sur les mouvements de contestation sociale. Il est l’auteur du film documentaire Bricks, sur le mouvement contre les dettes de 2008 en Espagne.
https://www.on-tenk.com/fr/documentaires/brouillon-d-un-reve/bricks
Aël Théry, jeune chercheure en anthropologie sociale et en ethnologie (EHESS, CCJ-CECMC) et auteure de la thèse : « Ouvrier culinaire et artisan de la nation : une anthropologie politique du métier de cuisinier en Chine » ; elle a aussi réalisé avec Marine Ottogalli le film documentaire Ayi (2019).
https://www.anafilms.com/films/documentaire/ayi/
Boris Svartzman, photographe franco-argentin, il documente depuis le début des années 2000 les conséquences sociales de l’urbanisation en Chine. Plus récemment, il s’est intéressé au sort des millions de paysans expropriés tous les ans en Chine et relogés en ville. Pendant près de dix ans, il a suivi la lutte de villageois contre l’expropriation de leurs terres, dans son premier film documentaire, Guanzhou, une nouvelle ère.
http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/55923_1


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search