Cai Xia 蔡霞: L’esprit humaniste fait défaut à la Chine; une transition pacifique sera très difficile.

Cai Xia Coin des Penseurs N92 février 2021

Cai Xia 蔡霞


L’esprit humaniste fait défaut à la Chine ; une transition pacifique sera très difficile.

Interview (texte chinois) par RFI, 24 septembre 2020.
Traduction : Michel Masson

 

 

RFI. La professeure Cai Xia (1952 – ) a enseigné 15 années à l’Ecole Centrale du Parti. Elle  a pris sa retraite en 2021. Parmi les intellectuels  proches du centre du Parti, elle est considérée comme l’une des très rares voix à oser réclamer une réforme démocratique. Dernièrement, dans ses  prises de paroles et articles, elle a violemment  critiqué le Parti communiste chinois et Xi Jinping  qu’elle a qualifié de « Chef mafieux » alors que le Parti est une « momie politique ». Finalement,  l’Ecole Centrale du Parti lui a retiré sa carte du  Parti et l’a privée de ses droits à la retraite. Mais,  Cai Xia n’en a pas pour autant cessé de s’exprimer. 

Interviewée par RFI, elle part de la violente réaction de Pékin à la visite à Taiwan du  Président du Sénat de la République Tchèque. Commentant la transition démocratique pacifique de la République Tchèque, elle souligne avec inquiétude l’absence de l’esprit humaniste en Chine  où seul compte « l’esprit du Parti ».

 

    RFI. Le 1er septembre, le Président du Sénat Tchèque  Milos Vystreil s’adressant au Parlement de Taiwan a dit en  chinois « Je suis un Taiwanais ». Répercutée dans les média,  cette phrase a rappelé le « Ich bin ein Berliner » du Président  J.F. Kennedy en 1963 à Berlin Ouest. Coïncidence, au moment où le Président du Sénat Tchèque visitait Taiwan, le Ministre  des Affaires Etrangères de Chine, Wang Yi, visitait Berlin ; il  adressa des menaces contre le Président du Sénat Tchèque  disant que cette visite à Taiwan était « se comporter en ennemi envers un milliard et quatre cents millions de Chinois », « que cela allait lui coûter très cher », et il invitait les pays de  l’Union Européenne à réagir. Presque 60 années séparent les  déclarations de Kennedy et de Milos Vystreil. Le temps a passé,  mais est-ce à dire que le Mur de Berlin sépare encore le  communisme et le monde libre ? 

    Cai Xia. A mon avis, c’est là qu’est toute l’affaire. John  Kennedy et Milos Vystreil ont tous deux eu un grand courage  politique ; face à une idéologie totalitaire qui n’a jamais  respecté « l’homme », ils ont parlé haut et fort des  « Berlinois », des « Taiwanais ». Je remarque d’abord cette insistance sur « les hommes », de Berlin ou de Taiwan, car c’est là une notion qui n’existe pas dans l’idéologie totalitaire; il n’y a que le Parti au pouvoir ; l’Etat, le pouvoir politique,  « les objectifs politiques » et les hommes mêmes ne sont pour  eux que des moyens. Dans cette idéologie totalitaire, il n’y a absolument pas de place pour la dignité de l’homme, sa valeur,  pour une conception humaniste, pas de conscience de la dignité  de la nature humaine, de la dignité de l’homme comme sujet. 

     C’est ainsi, à mes yeux, que le Ministre des Affaires Etrangères Wang Yi peut avoir ce comportement sauvage et  violent d’un loup agressif et menacer en public le Président d’un Sénat étranger. C’est incroyable ! Mais pour Wang Yi et  le gouvernement totalitaire de la Chine, cela va de soi. Alors  sur quoi repose cet antagonisme entre deux  idéologies totalement différentes ? Sur « l’homme ». Considérer l’homme comme sujet, faire du respect de l’homme  l’exigence et l’objectif suprêmes. Agir en toute conscience conformément à cette norme morale, c’est là le fondement et le point de départ de toute la réflexion politique d’un pays. Mais, dans la perspective totalitaire, « l’homme » n’existe pas. Le Parti Communiste Chinois n’a jamais vraiment reconnu les  droits du peuple ; il s’est toujours posé comme le représentant  du peuple. Quand ils ont besoin de parler du peuple, c’est pour  dire « il y a tant de gens derrière nous ». Quand ils font face à la population du pays, quiconque émet la moindre  dissatisfaction à leur égard est aussitôt incriminé comme  « provocateur et trouble-fête », et on parle de « subversion du pouvoir de l’Etat », d’« intrusion de forces étrangères », ou  d’« ennemis de classe qu’il faut supprimer », de « forces  hostiles ». Face à la population du pays, ils ne voient pas des  hommes, mais face à l’opinion internationale ils vont dire  qu’ils représentent un tel et un tel, alors qu’ils ne sont en rien  qualifiés comme représentants de qui que ce soit, car ils n’ont  jamais été élus démocratiquement. C’est pourquoi nous disons que ce régime n’a aucune légitimité. Mais, bien sûr, face aux  étrangers, ils utilisent à leur profit ce milliard quatre cents millions de gens. 

    De même, c’est toujours en termes de chiffres que les  Communistes chinois parlent des hommes. Par exemple, à  propos du travail en Chine, ils parlent de « la main d’œuvre  qui est insuffisante ». A propos des réserves en céréales, ils  diront que « les fournitures en rations de grain » sont  suffisantes ou non. Ils ne conçoivent que des bouches à nourrir, des bras au travail, sans aucune conscience de l’homme comme  sujet. S’ils parlent du développement économique du pays, ils  vont citer le « GDP moyen » : les gens ne sont à leurs yeux que  des chiffres, des statistiques et des pourcentages. 

    Au moment de la pandémie à Wuhan, il y a eu tant de  décès, mais nous n’en avons pas même les chiffres. A Wuhan,  ce lieu qui a tant souffert, c’est seulement s’ils reconnaissent que vous êtes décédé du Covid que vous pouvez entrer dans les statistiques des défunts. Mais, ils ne le reconnaissent pas si avant votre décès vous n’avez pas été diagnostiqué ou après  diagnostic vous avez différé le traitement. C’est bien clair :  « l’homme » n’existe pas à leurs yeux. 

    RFI. A propos de cette notion de « l’homme », nous pouvons revenir au précurseur de la démocratie tchèque, et premier Président de la République Tchèque, M. Havel. Il avait beaucoup enduré sous le régime communiste, mais en 1968 au  moment du Printemps de Prague, il a déclaré : « nous exigeons  la nature humaine et une vie authentique » ; son unique  argument était « chacun doit, suivant la voix de sa conscience,  parler vrai et agir en conséquence ». Selon vous, comment  Havel et son appel à la nature humaine ont-ils stimulé un pays  autrefois communiste ? 

    Cai Xia. C’est autour de l’année 2000 que les œuvres de  Havel ont été traduites en chinois… Nous y avons tous prêté  une grande attention, car nos deux pays ont été gouvernés par un parti politique léniniste au pouvoir exerçant un contrôle  totalitaire. Or, la Tchéquie a réussi sa transition démocratique et celle-ci a été suivie d’un développement économique très  honorable : c’est tout cela qui retient notre attention. 

    Nous pouvons dire que la Chine aussi doit passer par  une transition politique, que les détenteurs du pouvoir le  veulent ou non. C’est le progrès de l’Histoire qui va dans ce sens. Toute la question est de savoir si cette transition peut  s’accomplir et réussir pacifiquement. Comme je l’ai dit dans  une interview, c’est bien ce que j’espère. La Révolution de Velours à Prague a bien été une « Révolution », mais « de velours », c’est à dire un processus éminemment calme et paisible : ce fut une transition politique sans affrontements sanglants ; il n’y a pas eu de morts. C’est là l’aspect qui me  touche très profondément. 

    Leader de cette transition, Havel a fait totalement siens  émotionnellement l’engagement humaniste et  intellectuellement la réflexion sur la nature de l’homme. Il a  insisté sur la dignité et la valeur de la vie humaine ; sous le  régime totalitaire, il a clamé une transition politique,  demandant que chacun parle vrai et agisse vrai selon sa conscience. Il a réuni en profondeur le « Bien » de la nature  humaine avec les notions humanitaires, le sentiment de  responsabilité sociale et historique et les préoccupations  humanistes. 

    Les idées politiques de ce leader ont si bien gagné tous ses compatriotes que la transition a pu s’effectuer sans trop de  heurts. Mais, dans la cas de la Chine, il y a un problème : le Parti Communiste Chinois a toujours opposé « l’Esprit du  Parti » à « la nature de l’homme». 

    En 2016 Ren Zhiqiang a été critiqué. Entre autres parce  qu’il avait attaqué la Chaîne centrale de télévision qui avait  rédigé un bandeau : « La télévision Centrale porte le nom du  Parti ; elle est absolument loyale, veuillez le vérifier ! » Cette station de télévision est une station de l’Etat chinois, mais elle se pose comme l’organe et l’instrument du Parti et veut que Xi Jinping vérifie s’ils sont absolument fidèles et sincères ! Aussi Ren Zhiqiang a-t-il objecté : « Y a-t-il encore une séparation  entre le Parti et l’Etat ? » ; si le Parti est tout, où se trouve le peuple ? Et il insista : « Où est l’homme ? » Mais aussitôt son  texte sur le Web, quelqu’un le critiqua : Ren Zhiqiang est « un effréné de la nature humaine qui détruit l’esprit du Parti ».  Réaction très révélatrice : dans l’idéologie du communisme  chinois, il n’y a que l’esprit du Parti qui compte. 

    Pour eux, les gens sont des instruments au servic e du  Parti et de ses objectifs politiques. Il n’y a pas l’idée de  l’homme comme sujet. Dans la formation des membres du Parti,  on ne parle que de l’esprit du Parti. Dans leurs bouches, le mot  « aimer » n’implique pas un sentiment de souci pour la  personne concrète ; ils ne connaissent que l’Amour du Parti, de  l’Etat, cette sorte de notion politique vide de sens, et maintenant il faut même « aimer les dirigeants » ! Pour maintenir leur pouvoir, ils regardent comme des forces  ennemies tous ceux qui se distinguent d’eux ; tout homme concret est alors la cible de leur haine. Ainsi, l’amour qu’ils propagent n’est-il qu’une notion abstraite et parfaitement vide,  tandis qu’ils déversent leur haine sur l’homme concret qui  n’est qu’un objet à leurs yeux. Dans leur inhumanité ils peuvent l’étrangler ; à l’intérieur même du Parti c’est la  boucherie ; au plan des politiques nationales ils vont annihiler physiquement tout opposant ou l’écraser en toute cruauté.

    Aussi j’estime que la transition politique en Chine ne  pourra pas arriver au niveau de la Tchéquie, car le contexte  national est extrêmement périlleux. 

    Le pays de Havel était relativement imprégné des idéaux  humanistes ainsi que des notions humanitaires héritées de la  culture européenne. Depuis le mouvement des Lumières,  l’humanisme avait pénétré l’Europe, mais rien de tel n’existe  en Chine. Bref, la transition politique pacifique en Chine serait  très difficile, Cette transition politique devrait être guidée par  la pensée et les valeurs humanistes de Havel. Ce s dernières  devraient être disséminées en Chine, être comprises et acceptées si bien que soit créé un climat intellectuel et culturel  favorable à une transition politique. Cela est très important. 

    RFI. Au vu de la situation sociale et politique en Chine actuellement, êtes-vous pessimiste sur l’avenir d’une transition  démocratique? 

    Cai Xia. Pour ce qui est du mouvement de l’Histoire je  ne suis pas pessimiste, car c’est bien là pour tout homme un  l’espoir qui ne peut changer. C’est seulement l’évolution de la  société chinoise qui pose problème. De nos jours, on dit  souvent en Chine que « Tout se passe bien », mais c’est là  dissimuler pas mal de choses. Si avant 2018 le développement  économique de la Chine allait de pair avec le reste du monde ;  il n’y avait pas encore la détérioration continue du contexte  international du fait de la révision de la Constitution – cette  révision est un retour au système impérial : l’histoire recule d’un pas – et elle éveille la vigilance de la société  internationale, et puis là-dessus, il y a eu l’épidémie de cette année. 

    Dans ces circonstances, les contradictions de la société  chinoise vont apparaître au grand jour ; et pas seulement dans  les couches inférieures, mais aussi progressivement les  couches moyennes. En même temps, la pression du monde  extérieur va affecter les couches supérieures qui ne pourront  plus comme elles se l’imaginent préserver leur pouvoir politique et donc auront encore plus à s’appuyer sur la  violence, sur un appareil de surveillance de haute précision, et  à augmenter leur capital politique. Tout cela ne fera  qu’accroître les contradictions sociales.

    La transition démocratique se produira, je ne suis pas  pessimiste là-dessus. Mais, je m’inquiète de ce que pourront  être les résultats de cette transition. Nous parlons d’une  transition « pacifique », mais dans le cas de la Chine est-ce possible ? Je ne peux clamer que mon espoir personnel : que  la transition politique s’effectue sans un déploiement de  tueries qui ne serait qu’une autre épisode sanguinaire, une autre calamité. 

    Bref, nous venons d’évoquer la culture humanitaire de Havel et de la tradition européenne, ce respect de la nature  humaine, et c’est ce qui me soucie quand je m’interroge sur une transition sociale en Chine. En effet, l’idéologie totalitaire  n’a pas infecté seulement les membres du Parti et les cadres,  c’est aussi l’ensemble de la société qui en est affectée. Les sentiments de haine et un climat d’hostilité se sont répandus  partout, mais la haine ne mène nulle part. Si c’est « la haine »  qui est à la manœuvre, si ce sont des sentiments de haine qui conduisent la transition politique en Chine, ce sera  certainement le carnage. 

    J’estime donc qu’une transition politique nécessiterait toute une réorientation humaniste qui reformerait les mentalités et susciterait un sursaut culturel. C’est seulement  ainsi que l’on pourrait, autant que possible, éviter que la  transition politique ne s’effectue dans un bain de sang. 

    Eviter un bain de sang, c’est là mon grand souci, non  pas la possibilité d’une transition politique. C’est pourquoi j’accorde toute mon attention à la réflexion de Havel et à  l’expérience de la République tchèque. 

    RFI. Merci à Cai Xia pour cette interview. 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search