Journée d’études: « Fictions de l’Extrême-Orient. Places de l’Asie sur la scène culturelle mondiale »

Journée d’études 

« Fictions de l’Extrême-Orient. 

Places de l’Asie sur la scène culturelle mondiale » 

4 juin 2021 

MSH de Clermont-Ferrand 

Dans L’Orientalisme (1978), Edward Said distingue clairement un Orient imaginé par  l’Europe, désigné comme le monde arabo-musulman, de l’Orient construit par les États-Unis,  qui concerne en particulier la Chine et le Japon, passant ainsi sous silence la relation  complexe, née en grande partie de l’histoire coloniale, qui s’est nouée entre l’Europe et  l’Extrême-Orient (l’Inde et le Royaume-Uni, l’Indochine et la France, etc.). Or, dans un  article de 2014 intitulé « Pourquoi l’orientalisme d’Edward W. Said n’est-il pas un japonisme  ? », Marc Kober pointe très justement le fait que « si l’on part de la remarque d’une “affinité  particulière de l’Angleterre et de la France pour l’Orient”, encore faut-il préciser que cette  affinité fut double : en direction du Proche ou du Moyen-Orient, mais aussi en direction de  l’Extrême-Orient et de l’Asie ». D’une façon subversive, le critique en vient alors à se  demander si L’Orientalisme de Said ne serait pas « un orientalisme de plus ».  

Sans vouloir prendre part à la polémique, nous aimerions explorer la manière dont les fictions  ont construit des représentations de l’Extrême-Orient. Des récits de voyage des premiers  explorateurs aux jeux de plateau contemporains, il s’agira d’analyser les processus de  construction des imaginaires de l’Asie par les autres nations et continents.  

L’objectif de cette journée n’est pas de dresser un panorama des relations entre Orient et  Occident mais plutôt d’interroger la nature et la fonction des représentations de cet Autre suprême qu’incarne généralement l’Asie pour les aires culturelles qui la mettent en scène.  Suivant une démarche résolument comparatiste, nous accorderons donc une importance  particulière à la pluralité des points de vue et aux rapports de force qu’ils impliquent.  

Les propositions de communication pourront porter aussi bien sur les siècles anciens que sur  la période contemporaine. Les corpus convoqués pourront être purement littéraires, ou  transmédiatiques (musique, peinture, cinéma, séries, créations numériques, jeux,…).  

Elles pourront s’inscrire dans l’un des axes suivants : 

1) L’Asie pour cadre : un tableau en trompe-l’œil ? 

On pourra envisager la manière dont l’Asie a été utilisée comme décor fictionnel, par  exemple dans les récits de voyage ou bien les jeux vidéo se déroulant en Asie, mais  également comme cadre métaphorique. Lorsque John Cage ou Raymond Queneau utilisent le 

Yi King en tant qu’outil de création artistique, ils présentent la culture asiatique comme un  moyen d’accéder à un autre régime de vérité – plus mystique, car non assujetti à un supposé  poids de la rationalité occidentale. Dès lors, il sera intéressant de s’attarder sur ces  phénomènes d’interculturalité par lesquels les productions culturelles occidentales ont pu  s’approprier, et par là même détourner, des thèmes, des motifs, des pratiques venu.e.s  d’Extrême-Orient. À ce titre, une réflexion pourra être menée sur les migrations génériques  entre l’Asie et le reste du monde (diffusion du haïku, du manga, du light novel, etc.). 

2) Miss Fong-D’Ting, Mulan & consort : les représentations des personnages  asiatiques dans les fictions étrangères 

La mise en fiction de l’Extrême-Orient passe également par la représentation de personnages  d’origine asiatique, reflets fictifs des mouvements de diaspora. Il sera donc bienvenu de  réfléchir à la construction de ces personnages ainsi qu’à leur réception. Il s’agira aussi  d’analyser leur portée idéologique, notamment dans les cas où leur présence se trouve  effacée. En effet, un certain type de fictions tend à multiplier l’usage du stéréotype et du  cliché raciste. Une attention particulière pourra être portée au traitement des personnages  féminins. De même, il sera important de faire une place aux phénomènes qui invisibilisent les  personnages asiatiques, comme le montre par exemple le whitewashing mis en scène dans  l’adaptation Netflix du manga japonais Death Note de Takeshi Obata. Cet axe se prêtera  particulièrement aux études transmédiatiques : cinéma, séries, dessins animés, bande dessinée  (Le Lotus bleu, ou Les Aventures de Tintin, reporter, en Extrême-Orient de Hergé), jeux de  société (Mystères de Pékin, Milton Bradley Company), publicités, etc. 

3) Au-delà du vieux centre : regards extra-européens sur l’Asie 

L’Occident n’est pas le seul à avoir construit son Extrême-Orient imaginaire. D’autres aires  culturelles ont également fantasmé l’Asie, en la transformant en ressort fictionnel. Dans un  souci de décentrement (et ce afin d’éviter le pur européocentrisme), on pourra envisager la  manière dont l’Asie a été perçue par l’Amérique du Sud, l’Afrique, l’Océanie, le Moyen 

Orient, etc. Cette question des relations entre des espaces généralement perçus comme  périphériques est d’autant plus importante qu’elle illustre la complexité et la richesse des  transferts culturels entre l’Asie et le reste du monde. Pêle-mêle on citera, entre autres  exemples : la traduction d’Un barbare en Asie d’Henri Michaux par Jorge Luis Borges,  l’influence du bouddhisme zen de Daisetz Teitaro Suzuki sur Julio Cortázar (Rayuela devait  initialement s’intituler Mandala), ou encore la passion d’Octavio Paz pour l’Inde (Vislumbres  de la India). 

4) Aux marges de l’Asie : les oubliés des fictions étrangères 

Les représentations de l’Asie se limitent souvent à quelques espaces : la Chine, l’Inde, le  Japon et plus récemment, la Corée du Sud. Quid des marginaux du continent ? Comment  penser ces « périphéries littéraires » (Casanova, 1999) souvent laissées pour compte au profit  de nations plus influentes ? Qu’en est-il des représentations fictionnelles du Laos, du 

Cambodge, de la Thaïlande ou encore du Vietnam ? Quelle place ces minores de l’Extrême Orient occupent-ils sur la scène culturelle mondiale ? Que révèle leur absence ? Dans une  perspective plus théorique, il sera donc possible de proposer une reconfiguration de la  cartographie géo-culturelle de ces imaginaires.  

Les propositions de communication, d’une longueur de 400 mots environ et accompagnées  d’une bio-bibliographie devront être envoyées avant le 20 décembre 2020 aux adresses  suivantes : manon.amandio@uca.fr, sebastien.wit@u-picardie.fr 

Comité scientifique  

Manon Amandio (Université Clermont Auvergne) 

Yvan Daniel (Université Clermont Auvergne) 

Sébastien Wit (Université Picardie Jules Verne) 

Bibliographie critique indicative 

CASANOVA, Pascale, La République mondiale des Lettres, Paris, Seuil, 1999 CLAVARON, Yves, Inde et Indochine : E. M. Forster et M. Duras au miroir de l’Asie, Paris,  Honoré Champion, 2001 

CLAVARON, Yves, PICHEROT, Émilie, SCHWEITZER, Zoé (dir.), Orientalisme et  comparatisme, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2014 

DANIEL, Yvan et al. (dir.), France-Chine, Les échanges culturels et linguistiques : histoire,  enjeux, perspectives, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015 

DANIEL, Yvan, Littérature française et culture chinoise, Paris, Les Indes savantes, 2011 DÉTRIE, Muriel (dir.), France-Asie : un siècle d’échanges littéraires, Paris, You Feng, 2001 ÉTIEMBLE, René, L’Europe chinoise, Paris, Gallimard, 1988-1989 

KOBER, Marc, « Pourquoi l’orientalisme d’Edward W. Said n’est-il pas un japonisme ? »  dans Sociétés & Représentations, n° 37, 2014, p. 91-105 [https://www.cairn.info/revue societes-et-representations-2014-1-page-91.htm] 

LASSUS (de), Alexandra, Africains et asiatiques dans la littérature de jeunesse de l’entre deux-guerres, Paris, L’Harmattan, 2006 

LEE, Gregory, La Chine et le spectre de l’Occident : contestation poétique, modernité et  métissage, Paris, Syllepse, 2002 

MARX, William, Le Tombeau d’Œdipe : pour une tragédie sans tragique, Paris, Minuit,  2012 

MOURA, Jean-Marc, La Littérature des lointains : histoire de l’exotisme européen au XXe siècle, Paris, Honoré Champion, 1998 

POSTEL, Philippe, « La littérature comparée et les études chinoises » dans Études chinoises,  « Étudier et enseigner la Chine », 2010, p. 261-291 [www.persee.fr/doc/etchi_0755- 5857_2010_hos_1_1_982] 

POSTEL, Philippe, Victor Segalen et la statuaire chinoise. Archéologie et poétique, Paris,  Honoré Champion, 2001

PRZYCHODZEN, Janusz, Asie du soi, Asie de l’autre. Récits et figures de l’altérité, Presses  de l’Université Laval, 2009 

SAID, Edward W., L’Orientalisme : l’Orient créé par l’Occident, trad. Catherine Malamoud,  Paris, Seuil, 1997 

SCHEEL, Charles W., Réalisme magique et réalisme merveilleux : des théories aux  poétiques, Paris, L’Harmattan, 2005 

SPENCE, Jonathan D., La Chine imaginaire : les Chinois vus par les Occidentaux de Marco  Polo à nos jours, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2000  

[https://books.openedition.org/pum/19929] 

VEG, Sebastian, Fictions du pouvoir chinois. Littérature, modernisme et démocratie, Paris,  EHESS, 2009 

YINDE, Zhang, Le Monde romanesque chinois au XXesiècle. Modernités et identités, Paris,  Honoré Champion, 2003


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search