Mobilités nomades et sédentaires dans le monde sinisé

Les régions périphériques de Chine ont longtemps été occupées par des peuples non chinois dits « barbares » dont le mode de vie nomade, caractérisé par une grande mobilité, semblait opposé à celui des agriculteurs chinois sédentaires établis dans le centre et les plaines.

L’historiographie récente a montré qu’une opposition aussi stricte entre des nomades continuellement mobiles et des sédentaires immuablement fixes n’était pas toujours pertinente, comme l’illustre le cas des Xiongnu, longtemps perçus comme nomades, alors que l’archéologie a révélé chez eux des pratiques inspirées des groupes sédentaires (Brosseder & Miller 2011). De la même manière, l’anthropologie a mis en évidence que, contraintes depuis des décennies à la sédentarisation par les projets politiques de modernisation de l’État chinois, certaines populations pastorales (Tibétains, Mongols, Évenks notamment) demeuraient aujourd’hui très mobiles malgré leur établissement dans des entités administratives dédiées (Humphrey & Sneath 1999, Dumont 2018).

Non réductible au seul mouvement des corps dans l’espace, la mobilité constitue un phénomène social bien plus important (Ho 2017), qui s’incarne individuellement ou collectivement, peut être libre ou au contraire forcée, étatique ou communautaire, permanente ou saisonnière, etc. Ce numéro vise à appréhender la façon dont les populations nomades et sédentaires installées dans les marges de Chine sont impliquées ensemble dans différents types de mobilité. 

Les personnes qui envisagent de proposer une contribution sont invitées à soumettre un titre provisoire et un résumé avant le 15 juillet 2024. 

Les manuscrits complets pour les propositions retenues seront attendus au plus tard le 30 octobre 2024 et devront suivre les consignes indiquées ICI

Pour lire l’intégralité de l’AAC, voici le PDF


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
datwei (24 juin 2024). Mobilités nomades et sédentaires dans le monde sinisé. Association française d'études chinoises 法國漢學協會. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11vk2


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search