Résumés / Abstracts / 摘要 XXXV-1/2016

Mark C. ELLIOTT, Cameron CAMPBELL, James LEE, A Demographic Estimate of the Population of the Qing Eight Banners

Cet article vise à proposer de nouvelles évaluations de l’effectif de la population des Huit bannières. Les évaluations précédemment publiées sur la démographie des bannières varient considérablement en raison d’une disparité dans les chiffres proposés par les différentes sources originales, mais aussi en raison des présupposés adoptés pour élargir ces chiffres à l’ensemble de leur population. On rencontre ainsi des estimation de l’effectif des membres des Bannières à l’époque de la conquête mandchoue allant de 60 000 à 350 000 personnes, la plupart des études optant pour un effectif estimé entre 100 et 150 000. Toutes ces évaluations tendaient à appliquer un facteur d’échelle visant à multiplier le nombre d’hommes incorporés dans les bannières par le nombre estimé de dépendants rattachés à leur foyer. Mais le calcul de ce facteur d’échelle a pu varier considérablement.  Notre approche suit une autre démarche, inspirée par celles que  les démographes emploient habituellement pour évaluer indirectement l’effectif d’une population globale à partir de données portant sur des groupes d’âge spécifiques la composant. Nous multiplions le nombre d’hommes adultes (ding) de chaque bannière tel que recensé par les archives pour 1648, 1720 et 1723 à l’aide d’un facteur d’échelle permettant de prendre en compte les différents groupes d’âge de la population en question, selon la théorie des populations stables. Dans notre approche, la détermination du facteur d’échelle repose sur l’évaluation que l’on peut faire du taux de mortalité et du taux de croissance de la population globale.  Nous proposons une fourchette prenant en compte des estimations vraisemblables sur l’espérance de vie et le taux de croissance démographique à cette époque. Nous en arrivons à la conclusion que, lors de la conquête mandchoue, l’effectif de la population des Huit bannières au sens large était compris entre 1,3 et 2,3 millions d’individus, et que ce même effectif, 70 ans plus tard, atteignait un chiffre compris entre 2,6 et 4,8 millions. L’effectif des bannières mandchoues au milieu du XVIIe siècle devait se situer entre 206 000 et 390 000 individus, effectif qui vers 1720 atteignait un chiffre compris entre 577 000 et 1, 08 millions.

English abstract

Mark ELLIOTT, Cameron CAMPBELL & James LEE,  A Demographic Estimate of the Population of the Qing Eight Banners

We introduce new estimates of the size of the Eight Banner populations. Published estimates of the size of the population of the banners vary widely because of inconsistencies in the numbers reported in different original sources, and differences in the assumptions used to translated these numbers into estimates of total population size. For example, estimates of banner forces at the time of the Qing conquest vary from 60,000 to 350,000, with most clustered around 100,000-150,000. These typically multiply the numbers reported for the numbers in the banners by a scaling factor which includes an estimate of the number of household dependents. Assumptions about the scaling factor vary widely. We take a different approach used routinely by demographers to produce indirect estimates of total population size from fragmentary evidence on the numbers in specific age groups. We multiply numbers of adult males (ding) by ethnic banner reported for 1648, 1720, 1721, and 1723 in archival documents by a scaling factor that includes other age groups derived from stable population theory. In this approach, the choice of scaling factor only requires an assumption about mortality levels and the population growth rate. We produce a range of estimates of total population size based on different plausible assumptions about the life expectancy and population growth rate. We conclude that at the time of the conquest, the Eight Banner population at large was between 1.3 and 2.4 million people, and that seventy years later it had grown to between 2.6 and 4.8 million. Population in the Manchu banners in the middle seventeenth century was somewhere between 206,000 and 390,000, growing by 1720 to between 577,000 and 1.08 million.

中文摘要

歐立德(Mark Elliott), 康文林(Cameron Campbell), 李中清(James Lee), 清代八旗人口計算

本文將提出八旗人口新普查計算結果。已發表的八旗人口計算差別很大,由於所根據的來源不穩定,也因為對數據的不同解釋方式導致不同的全部人口計算結果。譬如,八旗兵入關時候從六萬人到三十五萬人不等,大多數是在十萬人到十五萬人之間。這些計算一般都依據正身旗人數據的統計,再加上有關平均旗人家屬人數的猜測,而這些猜測的範圍假設彼此差別很大。我們使用了一個不同的方法,那是人口學專家平常所使用的,就是從多個已定年層的人口片斷資料間接地產生出全體人口數據。我們採用了檔案文獻裡通過一個包含了來自穩定人口理論的其他年層的計算範圍,計算了1648, 1720, 1721和1723年每一旗“丁”的人數。用這個方法,計算範圍只要求死亡率和人口成長率,我們因此做出了依據不同的壽命和人口成長率之可能性的總人口數。我們得出的結論是,在清入主中原的時候,八旗人口在一百三十萬和兩百四十萬之間,七十年之後則增加到兩百六十萬和四百八十萬之間。滿族旗人在十七世紀中葉大約有二十萬六千到三十九萬人,1720年左右增加到五十七萬七千和一百零八萬之間。

*****

Jérôme BOURGON, Des châtiments bien tempérés. La devise shenxing 慎刑 dans les manuels pour fonctionnaires

Grâce à la bibliographie critique de la littérature administrative réalisée par Pierre-Étienne Will et son équipe, il est à présent possible d’identifier des courants doctrinaux et de suivre leur évolution sur plusieurs siècles. L’un d’entre eux a développé la conception d’un « usage prudent » (shen 慎) ou « parcimonieux » (sheng 省) des sanctions pénales dans des ouvrages spécialisés qui ont eu une influence considérable par les extraits qui ont été insérés dans les anthologies et manuels pour fonctionnaires les plus diffusés. L’article procède des notions les plus répandues et vulgarisées vers le corps de doctrine exposé dans quelques ouvrages plus spécialisés. La spécificité de ces derniers était de relier des tâches très pratiques aux principes fondamentaux exposés dans certains Classiques, par la médiation de cas réglés par des juges modèles. Le Classique le plus prisé était le Livre des mutations (Yijing), qui renfermait six hexagrammes recélant des enseignements particuliers en matière de modération pénale. Par-delà leurs aspects techniques et pratiques, ces ouvrages nous renseignent sur le mode de conceptualisation du droit et, plus généralement, des fonctions étatiques.

English abstract

Jérôme BOURGON, Well-Tempered Punishment: The Motto Shenxing 慎刑 in Officials’ Handbooks

Thanks to the critical bibliography on administrative literature compiled by Pierre-Etienne Will and his team, it has become possible to identify doctrinal currents and to follow their evolution across several centuries. One of these currents developed the idea that punishments should be handed down with “careful usage” (shen 慎) or “prudence” (sheng 省), a concept appearing in specialized works that had a considerable influence through abstracts that were cited in the most widely distributed anthologies and handbooks for officials. This article proceeds from the most common notions to the doctrinal corpus that was set out in other, more specialized works. The distinguishing feature of these was the linking of mundane, practical tasks to fundamental principles abstracted from certain classics, through the mediation of cases settled by model judges. The most highly prized classic was the Book of Changes (Yijing), which included six hexagrams that contained particular teachings on matters of penal moderation. Beyond their technical and practical aspects, these works provide insight into how law and, more generally, state functions, were conceptualized.

中文摘要

鞏濤(Jérôme Bourgon), 溫和的刑罰:官箴裡的慎刑座右銘

魏丕信(Pierre-Étienne Will)及其研究小組所完成的官箴文獻批評書目,讓我們現在可以鑑定出幾種法理流派,並且可以追蹤它們在幾個世紀期間的演變。其中之一在專門論著裡面發展了“慎刑”或者“省刑”觀念,那些專書的節錄被收入了流傳最廣的官箴, 公牘和行政便覽裡面,因而產生了很大的影響。本文從傳播最廣而且最通俗的觀念著手,然後往幾部更專業的論著當中提出的法理深入。那些專業論著的特點就是通過幾位模範法官所判決的案例,把非常實務性的工作和一些經典裡面提出的基本原則連接起來。《易經》是最常被引用的經典,《易經》有六卦蘊藏了有關刑法溫和之特殊教導。那些經典在技術和應用之外,還告訴了我們法律的概念化模式,而且更普遍來說,國家職權的概念化模式。

*****

Pierre-Henri DURAND, L’illusion de la clémence ou les six pièces peccamineuses de l’an 1711

Le grand procès littéraire de la fin du règne de Kangxi, qui coûta la vie à l’académicien Dai Mingshi, mit un terme à cinquante années de tolérance. Un mémoire au trône, récemment exhumé, révèle que l’auteur du Recueil de la montagne du Sud ne fut pas seulement condamné pour une lettre, restée fameuse, plaidant la légitimité du combat des derniers des Ming. Il le fut aussi pour cinq « préfaces » (l’une à des poèmes, les autres en guise d’hommage), que les censeurs chargés d’éplucher son ouvrage jugèrent non moins peccamineuses. Ces six pièces, qui étaient le fruit de mondanités lettrées, offrent le remarquable intérêt de montrer à nu, par la seule vertu de l’exemple, et loin des pièges du subjectivisme, la brutalité du changement qui affecta la liberté de parole des hommes de lettres. L’exécution de Dai Mingshi marqua le début de temps plus contraints : les esprits se firent moins piquants, les pinceaux plus prudents, les expurgations plus nombreuses. Les règnes de Yongzheng et de Qianlong allaient confirmer que les mots d’espoir d’un proche des accusés s’écriant qu’une « Sainte dynastie » ne saurait « tuer des lettrés » n’étaient qu’un vain mirage.

English abstract

Pierre-Henri DURAND, The Illusion of Clemency or the Six Sinful Writings of 1711

The great literary inquisition of the end of the Kangxi reign, which cost the life of the academician Dai Mingshi, put an end to fifty years of tolerance. A memorial to the throne, recently rediscovered, reveals that the author of the Southern Mountain Collection was not just condemned for one letter, which has remained well-known, defending the legitimacy of the last members of the Southern Ming. He was also condemned for five “prefaces” (one for poems, the others in the form of homages to various persons), which the censors charged with sifting through his book determined were no less worthy of condemnation. These six texts, which were the fruit of a cultured social intercourse, present the remarkable significance of clearly showing, by virtue of their example, far from the pitfalls of subjectivism, the brutality of the changes that affected the freedom of speech of men of letters. The execution of Dai Mingshi marked the beginning of more inhibited times, when opinions were less spirited, brushes more prudent, and expurgations more numerous. The Yongzheng and Qianlong reigns would go on to confirm that the hopeful words of one close to the accused men writing that “Our Sacred Dynasty” which would not “kill the literati” was only a vain illusion.

中文摘要

戴廷杰 (Pierre-Henri Durand), 聖朝不殺士之幻——康熙末年戴名世伏法與《南山集》中致禍六文者

康熙末年的重大文字獄造成翰林院編修戴名世伏法,結束了清朝五十年的寬容政策。最近發掘出來的一份刑部題疏透露了《南山集》作者之所以處斬,不僅僅因為他寫了一封論南明史的書信,還因為他寫了一篇詩序和四篇贈序,被受命審查他文集者認為亦屬大逆無道的。這六篇致禍的文章在當時只不過是應酬之文,提供了很有價值的例子,赤裸裸地讓人看到那影響了文人發言自由的劇烈改變。戴名世伏法標示了更嚴厲的時代來臨了:批評精神緩和了,下筆謹慎多了,被整肅刪除的文字更多了。雍正朝和乾隆朝將更確認《南山集》案正犯的一位親友所賦“聖朝不殺士”之一句,只不過是虛空幻影。

*****

Luca GABBIANI, “Corruption and its Enemies”: The Politics of Corruption in mid-nineteenth Century China

Le 17 mars 1859, le président du ministère des finances de l’empire Qing, un Mongol du nom de Bojun, était exécuté à Pékin à la suite des malversations qui avaient entaché la session préfectorale d’examens mandarinaux de Shuntian de l’automne précédent. Il entra ainsi dans l’histoire comme le fonctionnaire de rang le plus élevé jamais exécuté sous les Qing en lien avec une affaire de corruption liée aux examens mandarinaux. De nombreuses œuvres lettrées de la seconde moitié du XIXe siècle reviennent sur l’événement, témoignant des répercussions qu’il eut au sein du microcosme de la bureaucratie impériale de l’époque, certains de leurs auteurs n’hésitant pas à affirmer que Bojun aurait été la victime d’une conspiration. S’appuyant sur une série de documents d’archives provenant des investigations menées à la suite du scandale, cet article s’attache dans un premier temps à tirer au clair la question d’une éventuelle conspiration. Le propos s’attache ensuite à présenter le contexte général qui a servi de toile de fond à ces événements dramatiques, autrement dit la décennie 1850 à Pékin. Une telle approche permet de mettre au jour des indices importants qui ouvrent des perspectives inédites sur un événement au cœur duquel les questions politiques et les pratiques de corruption apparaissent comme étroitement imbriquées.

English abstract

Luca GABBIANI, “Corruption and its enemies” – The politics of corruption in mid-nineteenth century China

On March 17, 1859, Bojun was executed in Beijing in the aftermath of the Shuntian prefectural examination scandal of 1858. President of the Board of revenue at the time of his indictment, he was the highest official to have ever met such a fate in connection with an examination scandal in Qing history. The numerous references to the event found in late Qing literati writings serve as testimony of the repercussions it had inside the world of the imperial bureaucracy at the time, some going as far as claiming that Bojun had been the victim of a conspiracy. This contribution seeks to shed light on these dramatic events by perusing archival records linked to the investigation of the examination scandal in order to come to terms with the issue of a possible conspiracy. It then vies to describe the general context of the whole affair – i.e. the troubled decade of the 1850s in Beijing –, thus providing important clues securing a more thorough understanding of an event that was, as it turns out, tightly intertwined with politics and corruption.

中文摘要

陸康 (Luca Gabbiani), “貪污及其敵人”──中國十九世紀中葉的貪污的政治

1859年3月17日,清朝戶部尚書協辦大學士,蒙古人柏葰,因為上一年秋天順天鄉試當中賄賂問題而被處死。柏葰因此成為清代歷史上由於科場貪污而被處死的最高級官員。公元十九世紀下半葉很多文人的作品都討論了該事件,證明了它對當時候的官僚微型世界所帶來的影響,某些文章的作者甚至毫不遲疑地說柏葰其實是陰謀的受害者。本文引用了來自該科場案之後所作的調查而得出的一系列檔案文獻,首先要清理出可能是陰謀的問題。本文隨後要說明那些悲劇事件的發生背景,也就是1850年代的北京。這種切入問題的方法能使一些重要線索凸顯出來,因而打開關於該事件前所未聞的方向,在該事件的核心,政治問題和貪污是緊密牽扯的。

*****

Angela Ki Che LEUNG, Strategies of a Biomedical Hospital in 19th-century Canton: Materiality Advertised in Qizheng lüeshu 奇症略述 (Brief Account of Extraordinary Clinical Patterns), 1866

Dans cet article, nous essayons de comprendre comment les premiers missionnaires-médecins présents en Chine s’employèrent à attirer les patients vers les pratiques biomédicales occidentales en matière de chirurgie à une époque où celles-ci étaient encore en Chine marginales et en mal de reconnaissance. En prenant pour point de départ un texte méconnu, le Qizheng lüeshu (« Aperçu des symptômes extraordinaires »), le premier texte en chinois à avoir été publié par l’Hôpital de Canton à l’initiative du médecin américain John Kerr (1824-1901), alors directeur de l’établissement, l’article explicite la stratégie de Kerr pour gagner à la cause de ces nouvelles pratiques médicales des patients chinois aux yeux de qui elle restaient encore tout à fait étrangères. Mettant en avant des descriptions illustrées, précises et crues, d’organes malades et d’instruments chirurgicaux « exotiques » concernant plus de 80 cas traités par l’hôpital entre 1858 et 1866, les auteurs du livre s’employaient à vaincre la méfiance du public cantonais des années 1860 en flattant son goût supposé pour les prodiges visuels ou cognitifs.  L’ouvrage, s’abstenant de chercher à convaincre ses lecteurs de la supériorité théorique des pratiques biomédicales occidentales ou celle des institutions hospitalières qui les mettaient en œuvre, choisissait de les rendre attirantes en vantant simplement leur nouveauté et leur efficacité. Cette stratégie, qui veillait à ne pas contester la prééminence de la médecine traditionnelle chinoise, semble avoir été couronnée de succès, comme en atteste la nette augmentation des donations faites par des Chinois à l’hôpital à partir de  1867. Le Qizheng luëshu demeure le témoin d’une période remarquable, pendant laquelle médecine chinoise et biomédecine occidentale cohabitèrent innocemment, cohabitation qui devait être radicalement remise en cause par l’introduction de la théorie du germe invisible.

English abstract

Angela Ki Che LEUNG, Strategies of a Biomedical Hospital in 19th-century Canton: Materiality Advertized in Qizheng lüeshu 奇症略述 (Brief Account of Extraordinary Clinical Patterns), 1866

This paper is an attempt to understand the ways early medical missionaries working in China tried to lure patients to the art of biomedical surgery at a time when the practice was as yet new and marginal in China and struggling for recognition. Based on the first Chinese-language medical text published by the Canton Hospital—the obscure Qizheng lüeshu (Brief Account of Extraordinary Clinical Patterns) of 1866—this paper examines the strategies used by its American director John Kerr (1824-1901) and his collaborators to win over Chinese patients unfamiliar with such practices. Highlighting graphic descriptions of ailments and “exotic” medical instruments in more than 80 medical cases treated in the Hospital between 1858 and 1866, it was via visual and cognitive wonder, I show, that the authors of this book tried appealing to the wary Cantonese audience of the 1860s. The selling point of surgery, as such, was thus its material novelty and efficacy, rather than its superiority as a system of knowledge or medical institution. As reflected by the marked increase in Chinese donations to the Canton Hospital after 1867, I argue, this strategy appeared to be successful in winning recognition for biomedical surgery without challenging the existing domination of indigenous medicine. The Qizheng lüeshu, in short, evidences a period of relevantly innocent co-existence of medical traditions in China prior to the radical transformation brought about by the theory of the invisible germ.

中文摘要

梁其姿 (Angela Ki Che Leung), 十九世紀中期在華西醫院爭取華人社會認同的策略: 以「奇症略述」(1866)一書所標榜的手藝與物料為例

本文以美國醫生嘉約翰(1824-1901)在廣州博濟醫院出版之「奇症略述」(1866)一書為例, 分析在當時生醫學在中國仍沒有被普遍接受的環境下, 西醫院要吸引中國社會的認可所採取的策略。此書以八十多個在1858-1866年間於該院進行的手術病例來強調外科手術的可觀性與有效性。本書特別著墨於充滿戲劇性的手術過程、令人側目的手術成果: 腫瘤、沙淋石、枯骨等, 與新式手術器具來吸引中國讀者的注意。 西醫此時的賣點是外科手術技藝的巧妙與有效性, 而並非其知識體系或治療制度的優越性。這本書並沒有挑戰中國傳統醫學的理論基礎與方法, 的確讓廣州社會各階層漸漸接受西醫的優點。可能因為策略的成功, 1867年以後, 博濟醫院從中國捐贈者所得到的捐款比以前突飛猛進。此書見證了在廿世紀初細菌學引入中國之前, 中西醫在廣州”和平共處”的一段特別的歷史。

*****

Isabelle ANG, Le palais des Dix Mille Longévités et de la Bienfaisance de Jade à Xishan au Jiangxi : de l’origine d’un réseau économique et cultuel et de son expansion au Sichuan sous les Qing jusqu’au XVIIIe siècle

Le culte de Xu Xun 許遜 (trad. 239-374) existe depuis la fin du IVe siècle. En se basant sur l’histoire du lieu d’origine du culte, l’actuel temple taoïste Yulong wanshou gong 玉隆萬壽宮 au Jiangxi, et des hagiographies du saint, la première partie de l’article esquisse la reconstitution du « territoire » du culte et de son extension, tout d’abord aux alentours du temple, puis dans un périmètre beaucoup plus étendu. Entre le début des Tang (618-907) et la fin des Song (960-1279), le temple traverse des périodes fastes : plusieurs empereurs ayant accordé leur soutien au taoïsme, des rituels taoïstes ont lieu dans le temple pour la protection des communautés cultuelles locales ainsi que pour celle des dynasties. Dans la même région se développe une nouvelle école taoïste, la Voie de la Piété filiale (xiaodao 孝道 ), dont Xu Xun sera le patriarche. À l’origine vénéré comme exorciste et « dompteur des flots », Xu Xun acquiert peu à peu une solide réputation de bon fonctionnaire et de parangon de piété filiale. Après deux siècles de déclin, le temple retrouve une grande vitalité : les restaurations se succèdent, coordonnées par les hauts fonctionnaires, les chefs d’associations religieuses locales et les maîtres taoïstes, et avec la participation financière du peuple. La seconde partie est consacrée à l’extension du culte de Xu Xun au Sichuan au début des Qing (1644-1911) par le biais des huiguan 會館, « résidences d’association », qui sont des temples où peuvent se réunir, faire des affaires, les membres d’associations de migrants venus d’autres provinces, commerçants pour la plupart. Les marchands du Jiangxi sont nombreux et fondent un très grand nombre de huiguan, aussi appelés Wanshou gong 萬壽宮, dans tout le Sichuan. L’étude se concentre sur deux régions : tout d’abord celle de Deyang 德陽, où Xu Xun aurait exercé la charge de préfet, puis celle de la « route méridionale de la soie » (南方絲綢之路) sur les premiers contreforts de l’Himalaya. L’installation des migrants a contribué au repeuplement du Sichuan, ainsi qu’à la stabilisation des zones frontières.

English abstract

Isabelle AANG, The Palace of the Ten-thousand-fold Longevity and Jade Beneficence in Xishan, Jiangxi: The Origins of an Economic and Cult Network and its Development in Sichuan during the Qing Dynasty until the Eighteenth Century

The cult of Xu Xun 許遜 (trad. 239-374) has existed since the end of the fourth century. In the first part of this paper, data on the history of the place of origin of the cult, the present-day Daoist temple Yulong wanshou gong 玉隆萬壽宮 in Jiangxi province, and hagiographies of the saint serve as the base for the beginning of a reconstruction of the cult “territory” and of its expansion, first in the vicinity of the temple, then in a much larger area. From the beginning of the Tang (618-907) to the end of the Song dynasty (960-1279), the temple enjoyed prosperous periods. Several emperors having given their support to Daoism, Daoist rituals took place in the temple for the protection of local cult communities and of the dynasties as well. In the same area there emerged a new Daoist school, the Way of Filial Piety (Xiaodao 孝道), of which Xu Xun would become the patriarch. First venerated as an exorcist and a “flood tamer,” Xu Xun gradually won a well-established reputation as a good official and a paragon of filial piety. After two centuries of decline, the temple regained its vitality. Restorations followed one after the other, coordinated by high officials, chiefs of local cult associations and Daoist masters, and with financial contributions from the people. The second part of the paper is devoted to the expansion of the cult of Xu Xun in Sichuan at the beginning of the Qing dynasty (1644-1911) through assembly halls (huiguan 會館), which were temples where the members of migrant associations arriving from other provinces could meet and do business, most of them being traders. The Jiangxi merchants were numerous and set up many huiguan, also called Wanshou gong 萬壽宮, throughout Sichuan. This study focuses on two areas: first the Deyang 德陽 area, where Xu Xun would have served as a prefect, and then the “Southern Silk Road” area (Nanfang Sichou zhi lu 南方絲綢之路), in the foothills of the Himalaya. The settlement of numerous migrants contributed to the repopulation of Sichuan province and to the stabilization of frontier zones as well.

中文摘要

洪怡莎 (Isabelle Ang), 江西省西山玉隆萬壽宮:關於經濟和崇拜網絡的起源及其在清代至十八世紀在四川的發展

許遜的崇拜活動自第四世紀末已存在。本文依據許遜崇拜之起源地,即今天江西省道教玉隆萬壽宮的史 跡,並依據許遜的高道傳,於第一部分提出崇拜“地域”的建立及其發展的開端。先圍繞著玉隆萬壽宮,隨後則擴展到一個更廣闊的區域。在唐初和宋末之間,玉隆萬壽宮的發展經歷了幾個興盛時期:為了對地方香會的支持,也對王朝的庇護,幾位擁護道教的皇帝,曾在這廟宇內舉行了道教儀式。而在同一地區所發展的新道教學派:“孝道”,許遜後來被遵奉為祖師。他起初被當作驅邪者和“伏波者”來崇拜,及後逐漸取得了父母官和孝道模範的良好聲譽。這所廟宇在衰落了兩百年之後,由高官以及地方的宗教協會會長,還有道士負責協調,並在民眾出資贊助下,接連的修復,使它重振活力。本文的第二部分,乃通過會館以探討許遜崇拜在清初四川的傳揚。“會館”就是那些可以讓來自別省的同鄉會成員(大多是商人)聚集和談生意的廟宇。四川省內的江西商人很多,因此設立了許多會館,也叫作萬壽宮。本文的討論集中在兩個地區:首先是許遜可能當過縣令的德陽,接著是在喜馬拉雅山分支的“南方絲綢之路”。移民為四川省帶來人口增長,並且使邊疆地區穩定。

*****

Jean-Noël ROBERT, Les poèmes de Saigyô sur le Sûtra du Lotus

Saigyô 西行 (1118-1190), le plus illustre des poètes médiévaux japonais, l’est peut-être autant, sinon plus, par sa vie que par son œuvre. Entré en religion, il préféra la vie d’ermite errant à celle de moine cénobite, donnant naissance à une riche littérature pseudo-biographique. Il a poursuivi la tradition, née très probablement aux environs de l’an Mil, de composer des séries de vingt-huit poèmes japonais (和歌 waka) sur chacun des chapitres du Sûtra du Lotus, tradition illustrée au tout début par la poétesse Senshi-naishinnô 選子内親王 et Fujiwara no Kintô 藤原公任. Nous donnons ici la traduction d’une partie des poèmes « lotusiens » de Saigyô, qui ont un intérêt tout particulier en raison de la place de ce religieux dans la culture religieuse de la fin de l’époque Heian.

English abstract

Jean-Noël ROBERT, The Lotus Sutra Poetry of Saigyô (1118-1190)

Saigyô 西行 (1118-1190), the most famous Japanese medieval poet, is renowned as much for his life as for his works. Having become a monk, he preferred the life of a wandering hermit to that of a cenobitic monk, thus giving birth to a substantial pseudo-biographical literature. He followed the tradition, which dates to about the year 1000, of writing a series of twenty-eight poems (和歌 waka), each based on a chapter of the Lotus Sutra, a tradition exemplified at its beginnings by the poetess Senshi-naishinnô 選子内親王 and the poet Fujiwara no Kintô 藤原公任. The article presents here a translation of some of these poems, which hold a particular interest given the place of Saigyô in the religious culture of the end of the Heian period.

中文摘要

羅禪能(Jean-Noël Robert),  西行法師(1118-1190)的《妙法蓮華經》和歌

西行法師(1118-1190)是日本中古世紀最有名的歌人(詩人),他的名聲歸功于他的生平和作品(若非如此,也許他的生平會使他更有名)。他出家後不想當聚居的修士,而在各地漂泊,因而留下許多偽自傳的和歌。他紹承並且發展了日本公元一千年左右誕生的和歌傳統,就是針對《妙法蓮華經》的每一卷寫出一組二十八首的和歌,該傳統起初就有詮子內親王及藤原公任佐證。本文中提出那些和歌的法文翻譯,由於平安時代末西行法師在宗教文化當中的位子,它們具有獨特的價值。