Résumés / Abstracts / 摘要 XXXIV-1/2015

Revenir au Sommaire du numéro XXXIV-1/2015

Jean-Pierre DRÈGE, Des têtes qui volent, un aspect du vampirisme sinoasiatique

Parmi les curiosités des populations étrangères de l’Asie du Sud-est que décrivent les livres de voyage chinois à partir du XIIe ou du XIVe siècle figurent des êtres à la tête qui vole durant la nuit pour se repaître tantôt de poissons et de crustacés, tantôt des entrailles des humains, plus particulièrement des femmes et des petits enfants. Ces pratiques bizarres, que les auteurs chinois ont du mal à s’expliquer, se trouvent corroborées par les croyances révélées par les études ethnographiques. Mais ces faits ou ces croyances étranges étaient déjà attestés dans le sud même de la Chine depuis les premiers siècles de notre ère et elles figurèrent bientôt parmi les légendes qui nourrirent toute une littérature fantastique. C’est à ce titre qu’elles passèrent au Japon beaucoup plus tard pour venir grossir les histoires de fantômes.

English abstract

Jean-Pierre DRÈGE, Flying Heads, One Aspect of Sino-Asian Vampirism

Among the oddities of the foreign populations of Southeast Asia that are described in Chinese travel books starting from the 12th or the 14th century are beings whose heads fly off during the night to feast sometimes on fish or shellfish, and sometimes on human entrails, most especially those of women or small children. These bizarre practices, which the Chinese authors had great trouble explaining, are indeed confirmed by beliefs revealed by ethnographic studies. But these strange occurrences or beliefs were already recorded in southern China beginning in the first centuries AD, and they soon figured among the legends that spawned a whole literature of fantasy. As such, they much later spread to Japan, where they served to expand the genre of ghost stories.

中文摘要

戴仁 (Jean-Pierre DREGE), 飛行的頭 : 中國和亞洲的吸血鬼迷信

在十二世紀或十四世紀以降的中國人的遊記裡所描繪的東南亞異人的奇風異俗當中,出現一些夜裡頭會飛出去的人,有的時候為了吃食魚和甲殼類海鮮,有的時候為了吃食人的內臟,特別是女人的和小孩的內臟。這些中國人難以解釋的奇怪行為,卻由人種誌研究所揭露的民間信仰證實了。這些事實或奇怪信仰早在公元最初幾個世紀就存在中國南方,它們很快便出現於滋養志怪文學的傳說裡。它們後來就以此傳到日本而壯大日本的鬼故事。

*****

Judith PERNIN, La persistance de la misère : Les Trois sœurs du Yunnan et L’Homme sans nom, deux études cinématographiques de Wang Bing

Les Trois sœurs du Yunnan et L’Homme sans nom possèdent une place particulière dans le parcours cinématographique de Wang Bing. Ces deux documentaires donnent à voir la pauvreté extrême de personnages isolés, muets et dont on ne sait quasiment rien. Absorbés dans des tâches pénibles ou au contraire désœuvrés et rêveurs, ils sont filmés avec insistance et minutie, comme si ces deux films étaient en réalité des études. Pour comprendre leur attrait particulier et leur signification dans l’ensemble de l’œuvre de ce cinéaste, cet article revient sur les influences littéraires de Wang Bing, mais aussi sur sa méthode de tournage, son mode de narration, et propose une comparaison avec d’autres représentations de la pauvreté rurale.

English abstract

Judith PERNIN, The Persistence of Misery : Three Sisters and Man with No Name, Two Cinematic Studies by Wang Bing

Three Sisters and Man With No Name hold a special place in the film career of Wang Bing. These two documentaries present a picture of the extreme poverty of isolated figures, without voices, of whom we know almost nothing. Absorbed in difficult tasks or, just the opposite, idle and dreaming, they are filmed with persistence and great care, as if these two films were studies. To understand their particular appeal and their significance in the overall career of this filmmaker, the present article reflects on the literary influences on Wang Bing as well has his filmmaking technique and style of narration, and presents as well a comparison with other representations of rural poverty.

中文摘要

朱迪 (Judith PERNIN), 窮困又窮困:對王兵的《三姊妹》和《無名者》兩部影片的探討 《三姊妹》和《無名者》兩部影片在王兵的電影工作經歷當中具有特殊地位。

兩部影片都讓人看到孤獨並且無聲的人物們的極端窮困,關於他們,我們幾乎什麼也不知道。不管他們是陷在艱辛的勞動裡,或者相反的,無所事事而幻想著,人們都專注並且細微地拍攝他們,好像兩部影片實際上是研究工作。本文回顧文學對王兵的影響,以及他拍攝影片的方法和敘述模式,並且在與其他對農村貧窮的呈現對比之下,以求了解在王兵這位電影導演整體作品當中,該兩部作品吸引人之處和意義。

*****

Costantino MORETTI, Les « Huit Souffrances » et la métaphore médicale dans le Sūtra des Cinq Rois

Le présent article porte sur l’histoire et le contenu d’un court sūtra intitulé Wuwang jing 五王經, Sūtra des Cinq Rois, qui a joué un rôle important dans la diffusion de la notion bouddhique concernant les « Huit souffrances ». Les plus anciens catalogues chinois de traductions de sūtra ne nous fournissent que des informations très rudimentaires sur son origine, les renseignements sur ce texte étant très limités. Toutefois, plusieurs citations et références dans le Canon bouddhique nous permettent d’analyser le caractère précis de ce sūtra et d’évaluer son apport à la pensée bouddhique chinoise. Une traduction préliminaire de ce texte est fournie avec des éléments de comparaison permettant d’étudier la parabole figurant dans ce sūtra et de mieux connaitre ses sources.

English abstract

Costantino MORETTI, The “Eight Sufferings” and the Medical Metaphor in the Sūtra of the Five Kings

This paper explores the history and contents of a short sūtra entitled Wuwang jing 五王經, the Sūtra of the Five Kings, which played an important role in spreading the Buddhist doctrine of the Eight Sufferings. The earliest Chinese catalogues of sūtra translations provide us with rudimentary knowledge of the origins of this scripture, information regarding this text being quite scarce. However, numerous valuable quotations and references throughout the Buddhist Canon allow to analyze the precise nature of this sūtra and to evaluate its contribution to Chinese Buddhist thought. A preliminary translation of the text itself is given in the present paper, along with comparative material intended to provide a general analysis of the parable featured in this sūtra and to shed additional light on its sources.

中文摘要

牟和諦 (Costantino MORETTI),《五王經》裡的“八苦”和醫學隱喻

本文乃探討《五王經》短短的內容及其歷史,該典籍對傳播佛教的“八苦”觀念扮演了重要角色。關於它的起源,中國佛經目錄只給了相當基礎性的資訊,有關該文本的資料因此就很有限。不過,佛藏經典裡對它的引用和參考讓我們可以分析《《五王經》的準確特徵並衡量它對中國佛教思想的貢獻。一份具有對照資料的該文之初步翻譯,可讓我們研究該佛經裡的比喻並且更明白比喻的種種來源。

*****

ZHANG Chao 張超, Aperçu sur les biji ou les miscellanées du bouddhisme Chan

Dans la vaste littérature du bouddhisme chinois, les miscellanées de l’école du Chan (chanlin biji 禪林筆記) sont restées jusqu’ici négligées par la recherche moderne en raison de leur quantité restreinte et de leur caractère marginal. Compilés par le clergé entre le XIIe et le XIVe siècle, ces recueils de notes brèves consignent une profusion d’anecdotes, de compositions versifiées et de références doctrinales de l’école du Chan à une même période et constituent un complément majeur de l’historiographie officielle de l’école. En Chine comme au Japon, cette tradition littéraire, caractérisée par ailleurs par son style vivant et savoureux, jouit d’une grande popularité à travers les siècles. L’exploration de cette documentation permettra de rénover nos connaissances sur l’histoire, la doctrine, l’institution et l’influence sociale de ce courant bouddhique à l’époque de la Chine pré-moderne. Le présent article fournit quelques résultats issus des études préliminaires des miscellanées du Chan et tente de formuler une première définition du genre à travers l’examen de ses textes fondamentaux – les Sept livres (Qibu shu 七部書).

English abstract

ZHANG Chao, An Overview of Biji or the Miscellanea of Chan Buddhism

In the vast literature of Chinese Buddhism, the miscellanea of the Chan school (Chanlin biji 禪林筆記) have been neglected in modern research until now because of their limited quantity and their marginal nature. Compiled by the clergy between the 12th and 14th centuries, these collections of brief notes record a profusion of stories, compositions in verse and doctrinal references of the Chan school of the same period and constitute an important supplement to the official historiography of the school. In China as in Japan, this literary tradition, which is characterized in addition by its vivid and attractive style, has enjoyed a great popularity over the centuries. An exploration of these documents allows us to renew our knowledge of the history, the doctrines, the institutions and the social influence of this current of Buddhism in pre-modern China. The present article seeks to provide results derived from preliminary studies of Chan miscellanea and attempts to formulate a preliminary definition of the genre through the examination of it is fundamental texts—the Seven Books (Qibu shu 七部書).

中文摘要

張超 (ZHANG Chao), 禪宗筆記文學蠡測

中國佛教典籍浩瀚,其中的「禪林筆記」文類由於文本數量較少且地位邊緣,始終沒有得到現代學界的足夠重視。這些由短小隨筆積漸而成的文集出自十二至十四世紀的禪僧之手,含括大量同時代的宗門軼事、詩偈韻文及公案典故。這些一手資料是禪宗正史書寫的重要補充,使我們對這一佛教宗派在前現代中國的歷史、教義、僧團組織及社會影響有了更為確切的認識。本文介紹了若干禪林筆記研究的先期成果:在對其核心文本——「七部書」——的一系列考察之後,我們試圖給出該文類的初步定義。

*****

NI Ping 逆評, Le paysage en mouvement chez Yuan Hongdao 袁宏道 (1568-1610) : une vision inspirée par la phénoménologie bouddhique de l’école Rien-que-Conscience (Vijñaptimātra)

Cet article expose en quoi la prise en compte de l’appartenance du célèbre écrivain de la fin de la dynastie des Ming, Yuan Hongdao 袁宏道 (1568-1610), à l’école phénoménologique bouddhique Rien-que-Conscience qui opère un retour à son époque, est nécessaire pour comprendre la spécificité de son écriture. En s’appuyant sur une analyse stylistique de quelques-uns de ses poèmes du paysage et en la mettant en regard avec les concepts bouddhiques et leurs traductions métaphoriques, il montre en quoi cette inspiration philosophique le conduit à une pratique poétique dont les caractéristiques peuvent être clairement distinguées de celles des écrits littéraires sur le paysage inspirés par l’école bouddhique de la vacuité. Il explore ainsi comment Yuan Hongdao met en œuvre les approches de l’école Rien-que-Conscience non seulement dans l’usage d’images propres à cette école mais aussi dans son jeu subtil sur le langage qui traduit une vision du paysage en transformation constante, reflet de la production conditionnée des phénomènes.

English abstract

NI Ping, The Landscape-in-Movement of Yuan Hongdao 袁宏道 (1568-1610) : A Vision Inspired by the Buddhist Phenomenology of the Consciousness Only School (Vijñaptimātra)

This article shows how taking into account the adherence of the famous writer of the late Ming, Yuan Hongdao 袁宏道 (1568-1610), to the Buddhist phenomenological school of Consciousness Only, which made a comeback in his day, is necessary for understanding the particularity of his writings. Based on a stylistic analysis of a number of his landscape poems and comparing it to Buddhist concepts and their metaphorical translations, it shows how this philosophical inspiration led him to a poetic practice whose characteristics can be clearly distinguished from those of literary writings on landscape inspired by the Buddhist school of Emptiness. It thus explores how Yuan Hongdao put into practice the approach of the Consciousness Only school not only in the use of images specific to this school but also in a subtle play on language that translates a vision of landscape in constant transformation, a reflection of the conditional production of phenomena.

中文摘要

逆評 (NI Ping), 袁宏道山水流變觀 – 以佛家唯識現象學為視角

佛家唯識現象學明末復興之際,山水高手袁宏道潛心法相,圓融其思。故佛家法相唯識學於理解袁宏道創作之獨特風格不可或缺。通過袁宏道山水詩歌文體分析,並對比參照佛家思想理論及其隱喻,本文旨在論證袁宏道山水詩歌迥異於佛家空宗思想之觀點。袁中郎將唯識思想及其分析手法應用於創作實踐,春秋山水,夢幻徜徉 ; 言絕音妙,文同義異 ; 意識流變,現象緣起。

 

Revenir au Sommaire du numéro XXXIV-1/2015