Partenaires

Le Centre d’Études sur la Chine Moderne et Contemporaine (CECMC – UMR 8173)

Créé en 1996, le Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine (CECMC) est un centre de recherche dont les tutelles sont le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS). Également connu sous le nom de « Centre Chine », il a pour mission de développer des programmes de recherche sur la Chine dans la perspective des sciences sociales et de dispenser un enseignement de recherche selon les modalités propres à l’EHESS.

Tout en veillant à se placer dans une perspective exigeante d’interdisciplinarité et de transversalité, les programmes du CECMC concernent l’histoire, l’anthropologie, l’économie, la sociologie, la philosophie, les sciences politiques, les « techniques ordinaires ».

L’approche de la Chine propre au CECMC se fonde en premier lieu sur des sources primaires et un travail de terrain ; elle peut se caractériser comme un déploiement des sciences sociales à partir du monde contemporain et dans la profondeur historique, les deux dimensions étant complémentaires.

Les actualités du CECMC sont disponibles en cliquant ici.

Le Centre de Recherche sur les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO – UMR 8155)

Fondé en 2006, le Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale (CRCAO) est une Unité Mixte de Recherche du CNRS, placée sous la tutelle de l’École pratique des hautes études (EPHE), du Collège de France et de l’Université Paris Diderot.

Anciennement dénommée « Centre de recherche sur les civilisations chinoise, japonaise et tibétaine », l’Unité a modifié son intitulé en « Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie Orientale » (CRCAO) pour afficher plus ouvertement sa volonté d’intégrer l’ensemble des pays d’Asie dans son champ de recherche et de développer les problématiques transnationales.

Les activités de recherche du CRCAO couvrent l’ensemble des pays d’Asie orientale. Le centre présente cependant une structuration aréale en trois équipes :

Les recherches portant sur chacune de ces aires demeurent au cœur de ses activités.

Les recherches du CRCAO couvrent un large éventail de disciplines, et toutes les périodes allant du plus ancien au contemporain. Une part importante de ses programmes concerne l’étude des religions, de l’histoire, de l’archéologie, des arts, de l’architecture et de l’urbanisme, de la littérature et de la pensée des période classique, moderne ou contemporaine. Le Centre porte également un intérêt particulier aux sources primaires (manuscrits, inscriptions, éditions, documents iconographiques et archéologiques).

Les programmes de recherche du CRCAO s’articulent autour de six axes :

  • Archéologie, Histoire ancienne et médiévale
  • Religions, Philosophie, Rituels
  • Histoire et société modernes et contemporaines
  • Littérature classique et moderne
  • Arts, Culture matérielle, Savoirs et techniques
  • Activités d’édition et de documentation

L’Institut des Hautes Études Chinoises (IHEC)

L’Institut des hautes études chinoises (IHEC) a été fondé en 1927 par Paul Pelliot et Marcel Granet. Il a été placé sous l’administration du Collège de France en 1972. L’IHEC abrite une des plus importantes bibliothèques sinologiques d’Europe. Les collections dépassent les 250 000 volumes et on peut y consulter 1500 titres de périodiques dont 400 vivants. La bibliothèque s’est trouvée enrichie, en 1953, par l’apport du fonds du Centre d’études sinologiques de l’université de Paris (anciennement Centre franco-chinois d’études sinologiques) qui était conservé à Pékin. Elle est spécialisée dans les recherches sur la sinologie classique. Elle conserve en particulier de nombreuses monographies locales anciennes (difang zhi 地方志), probablement la plus importante d’Europe, et des collectanea (congshu 叢書). Elle possède aussi une collection d’ouvrages rares (shanben 善本).

Le Bureau de Représentation de Taipei en France 駐法國台北代表處

En 1992 est fondée l’Association pour la Promotion des Echanges Commerciaux et Touristiques avec Taïwan (A.S.P.E.C.T.-Taïwan). En 1995, l’institution prend le nom de Bureau de Représentation de Taipei en France (B.R.T.F.).

Le B.R.T.F. propose au public un large éventail de services, dans le but de permettre une meilleure connaissance réciproque des populations de la République de Chine (Taïwan) et de la France, de favoriser les échanges de toute nature et d’améliorer les relations entre les deux pays.

Le Centre d’Études Français sur la Chine Contemporaine (CEFC)

Le CEFC est le seul centre de recherche européen en Chine entièrement consacré à l’étude de la Chine contemporaine.

Établissement public de recherche, le CEFC est placé sous la cotutelle du ministère des Affaires étrangères et européennes (MAEE) et du CNRS. Sa mission est d’étudier les mutations politiques, économiques, sociales et culturelles de la Chine Populaire, de Taiwan, de Hong Kong et de Macao.

Créé en 1991, le centre est basé à Hong Kong et dispose d’une antenne à Taiwan depuis 1994, ainsi que de chercheurs individuels établis en Chine continentale.

Des chercheurs statutaires sont affectés au CEFC par le CNRS ou recrutés par le Conseil scientifique du pôle Asie du MAEE, mais le CEFC peut également accueillir des chercheurs de toute autre institution européenne. Les nombreux chercheurs ayant travaillé au CEFC continuent à faire vivre un réseau couvrant toutes les disciplines des sciences humaines et sociales.

Le Centre est impliqué dans la formation de doctorants en finançant des aides à la mobilité et en accueillant leurs bénéficiaires.

Des séminaires de recherche ou des colloques internationaux sont régulièrement organisés par le CEFC.

Le CEFC est en prise directe avec le monde universitaire et intellectuel chinois grâce à des partenariats avec des institutions locales à Hong Kong, Taiwan et en République populaire de Chine, et un réseau de chercheurs associés dans ces institutions.

Toutes les actualités du CEFC sont disponibles en cliquant ici.

Librairie Le Phénix

Le Phénix est une librairie spécialisée sur l’Asie et la Chine, fondée en 1965 par Régis Bergeron, afin d’apporter au public français les matériaux d’une connaissance de la Chine populaire. Aujourd’hui encore, cette librairie est un des lieux incontournables pour la connaissance du monde chinois : dictionnaires, manuels, littérature, histoire, philosophie, beaux arts, en français, anglais et chinois.

Elle a obtenu en 2009 du ministère de la Culture le label LIR (Librairie Indépendante de Référence) , gage de qualité professionnelle. Elle est animée par une équipe de libraires motivés, aux parcours de formation multiples et diversifiés mais qui partagent tous une passion commune : l’Asie et singulièrement la Chine.

La librairie est aussi un lieu de rencontre vivant où se mêlent français et chinois. Elle mène une politique d’animation dynamique et variée : Elle a reçu de nombreux écrivains de la Chine contemporaine : Bajin, Zhang Jie, Gao Xingjian, Lu Wenfu, Yu Hua, Mo Yan, pour n’en citer que quelques uns.

Musée Cernuschi

Inauguré le 26 octobre 1898, le Musée Cernuschi est l’aboutissement du legs de l’hôtel particulier et des collections asiatiques à la Ville de Paris du généreux collectionneur d’origine milanaise, Henri Cernuschi (1821-1896).

Le musée conçu comme un petit hôtel particulier abritait à l’origine 5 000 pièces. Celles-ci étaient déployées autour du Buddha provenant du temple Banryûji à Tôkyô, acquis, démonté pour le transport et remonté par Cernuschi. C’est le secrétaire d’Henri Cernuschi, Eugène-Benoît Causse, nommé conservateur du musée qui en assuma l’ouverture en 1898. L’emplacement des meubles et des objets restaient fidèles à l’ordonnancement du temps de leur propriétaire.

L’originalité du musée Cernuschi réside dans la spécificité de ses collections centrées autour de l’aire culturelle chinoise. Le lien qui unit les principaux pays représentés est l’utilisation d’une écriture commune dans leur histoire : les idéogrammes chinois. La Chine, la Corée, le Japon et le Viêt Nam ont tous été marqués historiquement et /ou culturellement par la civilisation chinoise. Le bouddhisme, le confucianisme en sont les liens les plus visibles. Des œuvres provenant d’autres aires culturelles, comme la Haute-Asie, témoignent d’une volonté des directeurs successifs d’établir une histoire de l’art comparative et reflètent une conception élargie de l’Extrême-Orient, telle qu’elle a été envisagée à partir des années 1930, en particulier au travers des publications de René Grousset, académicien, directeur du musée Cernuschi.

Aujourd’hui, le musée est une institution internationale. Par la richesse et la qualité de ses collections, il se place au second rang des musées d’art asiatique en France et possède la cinquième collection d’art chinois en Europe. En France, il est la seule institution patrimoniale municipale abritant des œuvres asiatiques de haut niveau. Régulièrement enrichi par des dons et des achats, il compte actuellement 12 000 pièces.

L’Académie de Taïwan – 臺灣書院

La vocation de l’Académie de Taïwan est de préserver et de faire partager les trésors du patrimoine culturel chinois dont, notamment, le confucianisme, le bouddhisme, le zen, la littérature, l’architecture, les arts, l’artisanat, ainsi que les coutumes traditionnelles.

Les activités de l’Académie de Taïwan se concentrent autour de plusieurs objectifs :

  • Instaurer une plate-forme numérique « Taiwan Academy » afin d’intégrer toutes les informations au service des internautes du monde entier.
  • Promouvoir l’enseignement du Mandarin et des caractères chinois traditionnels.
  • Encourager la recherche académique en taïwanologie et en sinologie.
  • Diffuser les programmes de bourses proposées par le gouvernement taïwanais.
  • Présenter la diversité et la particularité de la culture taïwanaise.
  • Établir des agences de l’Académie et des points de contact dans différents pays.

Jusqu’à présent, trois agences (New York, Houston et Los Angeles) et une centaine de points de contact ont été mis en place afin de diffuser l’information et d’organiser des séminaires, des ateliers et autres activités visant à promouvoir la philosophie, la littérature et les arts. De cette manière, l’Académie de Taïwan espère renforcer les échanges culturels entre Taïwan et la communauté internationale.