Guide éditorial (fr)

Instructions aux auteurs

Charte typographique

Vous êtes sur le point de proposer un article, une note de recherche ou un compte-rendu d’ouvrages à Études chinoises. Merci de bien vouloir suivre les règles de présentation ci-dessous.

Nature et dimension des articles

Études chinoises est une revue scientifique à comité de lecture qui publie des articles relatifs à la Chine antique, ancienne, moderne et contemporaine. Les articles présentent les résultats d’une recherche originale et n’ont pas fait l’objet d’une publication antérieure sous quelque forme que ce soit.

Les articles comptent entre 40 000 et 60 000 signes notes et espaces compris. Les notes de recherche comptent autour de 25 000 signes notes et espaces compris.

Les comptes rendus de lecture comptent entre 5 000 et 12 000 signes espaces compris, en fonction de la taille du volume et de sa qualité scientifique.

Articles et notes de recherche sont soumis à une évaluation anonyme externe (par deux membres du comité de lecture ou si nécessaire par un spécialiste extérieur) qui conditionne leur publication. Les avis des relecteurs sont envoyés aux auteurs. Les Comptes rendus de lecture sont évalués et validés par la rédaction.

Style et présentation

En cas de doute, les auteurs se reporteront au Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale (Paris : Imprimerie nationale, 2002), ou contacteront la rédaction. Dans tous les cas, il est recommandé de relire attentivement l’article avant de le soumettre et de se servir des outils informatiques pour éliminer les fautes d’orthographe, les doubles espaces, etc.

Les textes sont à envoyer à la rédaction en format .rtf ou .doc par courriel exclusivement.

Les textes proposés à la publication ne doivent pas présenter de mise en forme particulière ni d’enrichissement typographique autre que le découpage en paragraphes et l’insertion d’intertitres, ou l’emploi du gras et de l’italique. Évitez les styles automatiques, la génération de puces, numéros, etc., de même que l’automatisation des coupures de mots et les en-têtes et pieds-de-page. Ni tabulation ni feuille de style. Employez des apostrophes incurvées (‘ ’) et non droites (’ ’). Le texte doit comporter une pagination.

Les citations courtes (moins de deux lignes) seront insérées dans le corps du texte entre guillemets. Les citations plus longues seront insérées avec un retrait gauche de 1 cm et une police de taille 11. Toutes les citations en langues étrangères devront être traduites sauf les citations en anglais.

Police, caractères et romanisation

La police utilisée pour les caractères latins est Times New Roman. Les notes doivent être gérées avec la fonction d’insertion de votre traitement de texte et numérotées en continu. Les capitales doivent être accentuées le cas échéant (ex : Études chinoises ; À la fin de la dynastie des Ming…).

Les caractères chinois sont saisis en codage unicode, police Pmingliu. Veillez à la cohérence dans votre choix de la graphie (complexe ou simplifiée). Les caractères figurent dans le corps du texte, à la suite de la transcription en chinois qui se fait en pinyin non accentué, à l’exception des noms propres dont l’usage est établi (Lee Teng-hui, Sun Yat-sen, etc.), et des noms propres taiwanais ou habituellement transcrits à partir d’un dialecte non-mandarin comme le cantonais. Veillez à laisser un espace avant et après l’ensemble des caractères chinois. Pour une traduction, le pinyin apparaîtra entre parenthèses, en minuscules et en italiques.

Les noms géographiques ne sont pas indiqués en caractères chinois, sauf noms peu connus. On utilise le pinyin sauf pour les noms de lieux traditionnellement francisés (Pékin et non Beijing, Nankin et non Nanjing). Les caractères et les dates des dynasties ne sont donnés qu’à la première occurrence. Pour les empereurs, indiquer, à la première occurrence, les dates de règne entre parenthèses : Qianlong 乾隆 (r. 1736-1795).

Les noms communs sont indiqués entre parenthèses après la traduction française dans le corps du texte.

Exemple : le roman en langue vulgaire (tongsu xiaoshuo 通俗小説)

Les noms propres sont indiqués dans le corps du texte. Les dates de naissance et de mort des personnes sont à ajouter lorsqu’elles sont connues.

Exemple : Wang Anshi 王安石 (1021-1086) Les noms communs (exemple : guanxi) et les titres d’ouvrages sont en italiques. Les noms propres et les noms de lieux sont en caractère normal.

Références bibliographiques

Les articles et notes de recherche sont soumis avec une bibliographie figurant en note de bas de page exclusivement (pas de bibliographie finale). Les comptes rendus de lecture n’admettront pas de notes de bas de page : voir ci-dessous.

Dans une référence bibliographique en note, le patronyme de l’/des auteur(s) doit être en petite capitales. Lorsqu’un ouvrage est cité à plusieurs occurrences, seule la première note de bas de page contient une référence complète (titre, éditeur, date), les suivantes adopteront la forme du titre abrégé :

  • Ex : première occurrence : 1. Voir Vincent GOOSSAERT, “A Question of Control : Licensing Local Ritual Specialists in Jiangnan, 1850-1950”, in LIU Shufen, Paul R. KATZ (dir.), Xinyang, shijian yu wenhua tiaoshi. Proceeding of the Fourth International Sinology Conference 信仰、實踐與文化調適. 第四屆國際漢學會議論文集, Taipei : Academia Sinica, 2013, p. 569-604.
  • Deuxième occurrence : 2. Voir GOOSSAERT, “A Question of Control”, p. 580-581. N’employez les abréviations « ibid. », « op. cit. » que dans une note suivant immédiatement (c. à d. figurant sur la même page) une référence bibliographique plus explicite (titre complet ou abrégé). 1. Voir GOOSSAERT, “A Question of Control”, p. 580-585. 2. Ibid., p. 582.

On distingue trois types de références principales, avec des différences à prendre en compte entre le français et l’anglais

Un ouvrage

  • En français : Simon LEYS, Essais sur la Chine, Paris : Robert Laffont, 1998, p. 44.
  • En anglais : Miriam HANSEN, Babel and Babylon, Spectatorship in American Silent Film, Cambridge (Mass.)/London : Harvard University Press, 1991, p. 50.
  • En chinois : WANG Xinhua 王新華, Zhongyi jichu lilun 中醫基礎理論 (Théorie fondamentale de la médecine chinoise), Beijing : Renmin weisheng chubanshe, 2001, p. 244-245.

Un chapitre dans un ouvrage

  • En français : Pierre-Etienne WILL, « De l’ère des certitudes à la crise du système », in Marie-Claire Bergère (dir.), La Chine au XXe siècle. 1, D’une révolution à l’autre, Paris : Fayard, 1989, p. 9-43.
  • En anglais : Keith MCMAHON, “Shrews and Jealousy in Seventeenth-Century Vernacular Fiction”, in Willard J. PETERSON, Andrew H. PLAKS, YÜ Ying-shih (dir.), The Power of Culture : Studies in Chinese Cultural History, Hong Kong : Chinese University Press, 1994, p. 304-320.
  • En chinois : XU Fuguan 徐復觀, « Yinyang wuxing ji qi youguan wenxian de yanjiu » 陰陽五行及其有關文獻的研究 (Le yin, le yang, les cinq éléments et les recherches sur les textes s’y rapportant), in XU Fuguan, Zhongguo renxinglun shi 中國人性論史, Taipei : Taiwan shangwu yinshuguan, 1969, p. 509-587.

Un article dans une revue

  • En français : André-Georges HAUDRICOURT, Georges MÉTAILIÉ, « De l’illustration botanique en Chine », Études chinoises, 1994, n° 13 (1-2), p. 382-416.
  • En anglais : Catherine JAMI, HAN Qi, “The reconstruction of imperial mathematics in China during the Kangxi reign (1662-1722)”, Early Science and Medicine, 2003, n° 8 (2), p. 88-110.
  • En chinois : CHEN Cunren 陳存仁, « Li Shizhen xianshen de Bencao gangmu zhuanrule Riben yihou » 李時珍先生的本草綱目轉入了日本以後 (Devenir du Bencao gangmu après son introduction au Japon), Zhonghua yi shi zazhi 中華醫史雜誌, 1953, n° 4, p. 244-245.

Une publication en ligne

Comptes rendus

Les comptes rendus sont exclusivement sollicités par la rédaction. Si vous souhaitez être contacté pour rédiger des comptes rendus, nous vous invitons à nous contacter en précisant vos domaines d’intérêt. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction la parution d’un ouvrage dont vous jugez opportune la recension (sachant qu’Études chinoises publie des comptes rendus d’ouvrages récents).

Études chinoises accepte les comptes rendus d’ouvrages chinois et éventuellement de numéros spéciaux de périodiques.S’engager à rédiger un compte rendu pour Études chinoises implique de ne pas avoir accepté de le rédiger pour une autre revue ni, au contraire, de le destiner en dernière instance à une autre revue.

Merci de respecter les délais qui vous sont impartis par les éditeurs de la revue lors de l’envoi du livre, à savoir trois mois après la réception de l’ouvrage à recenser. La longueur maximum d’un compte rendu est de 12000 signes. Le recenseur ne devient propriétaire du livre qu’à partir du moment où la rédaction lui accuse réception de son compte rendu.

Les comptes rendus ne doivent pas être de complaisance ou, au contraire, constituer une attaque personnelle, auxquels cas la rédaction se réserve le droit de ne pas les publier.

Les comptes rendus sont soumis aux mêmes règles de forme que les articles. Ils doivent absolument être accompagnés des caractères chinois les plus indispensables, à la suite de la transcription pinyin. Il n’y a pas de notes de bas de page, les éventuelles références bibliographiques (à limiter dans la mesure du possible) doivent être mises entre parenthèses. N’oubliez pas, en revanche, de préciser, au-dessous de votre signature, votre institution de rattachement ou, à défaut, votre lieu de résidence.

***

NB : Afin de ne pas alourdir le travail des éditeurs de la revue, évitez d’envoyer plusieurs versions successives de votre texte. Études chinoises envoie aux auteurs exclusivement un tiré à part au format électronique.